Nîmes : Pour obtenir des papiers d'identité, elle paye un homme qui se fait passer pour le père de son enfant

JUSTICE Une Marocaine sans papier a tenté de faire reconnaître son fils par un habitant de Lunel (Hérault) qu’elle avait payé…

J.R.
— 
Illustration de la justice.
Illustration de la justice. — Josef Horazny/

Karima, une Marocaine sans-papiers, a été condamnée jeudi par le tribunal correctionnel de Nîmes (Gard) à six mois de prison avec sursis pour avoir « acheté un père » à son fils afin d’obtenir des papiers d’identité ou un titre de séjour, rapporte Midi-Libre. Le faux père a quant à lui écopé de trois mois de prison.

Relation sexuelle d’un soir

La jeune femme dont le bébé est né en mai 2015 à Nîmes, aurait donné 4.100 euros à Edouard, un ancien serveur de Lunel (Hérault), pour se faire passer pour le père de son enfant. Un tiers, Mohamed, a joué les intermédiaires dans cette simulation de reconnaissance de paternité.

Le faux père, âgé d’une trentaine d’années, avait assuré aux policiers avoir eu une relation sexuelle d’un soir avec Karima sur la plage de La Grande-Motte, avant de se rétracter. Sa déclaration prénatale à la mairie de Lunel avait été enregistrée le 23 mars 2015 puis la reconnaissance de l’enfant le 25 mai à l’hôtel de ville de Nîmes.

Face aux juges, Edouard a expliqué ce mensonge par la perte de son travail et l’insistance de la jeune maman. Mais il a nié avoir touché 3.350 euros pour cette fausse reconnaissance de paternité. Mohamed, l’intermédiaire, a réfuté lui aussi le fait d’avoir touché de l’argent, arguant avoir juste joué le traducteur pour le couple.

Estimant qu’un « enfant n’est pas une marchandise », le tribunal a condamné le faux couple. Mohamed a quant à lui écopé de six mois de prison avec sursis et 2.500 euros d’amende.