Montpellier: Le musicien Manitas de Plata aura sa statue avant l'été prochain

HOMMAGE Disparu il y a un peu plus de deux ans, la star flamenco, qui a vendu 93 millions de disques, a terminé sa vie ruiné, à la Grande-Motte...

Nicolas Bonzom

— 

Manitas de Plata, dans son appartement, à la Grande-Motte, en 2014.
Manitas de Plata, dans son appartement, à la Grande-Motte, en 2014. — N. Bonzom / Maxele Presse

Voilà plus de deux ans, depuis la mort de Manitas de Plata le 5 novembre 2014, qu’une statue du musicien aux « mains d’argent » était attendue par ses aficionados.

Selon emetropolitain, elle pourrait être installée avant l’été prochain, dès le mois de juin, sur le parvis de l’hôtel de ville, à Montpellier (Hérault). Le projet avait été voté, un an après sa disparition, par le conseil municipal du 5 novembre 2015.

Un sculpteur du Vaucluse

La tâche de constituer une statue en bronze au musicien flamenco a été confiée à un sculpteur des environs d’Avignon, dans le Vaucluse. Il est actuellement en plein travail.

Né en 1921 dans une roulotte du côté de Sète, Manitas de Plata maîtrisait déjà la guitare dès 9 ans sans savoir lire les notes. Il s’est produit dans le monde entier, et a fréquenté le mundillo, des peintres Picasso et Dali à Jean Cocteau ou Brigitte Bardot.

« Un grand-père formidable »

Le musicien avait terminé sa vie ruiné et malade, dans un petit appartement de la Grande-Motte, dans l’Hérault, où 20 Minutes l’avait rencontré. « J’étais considéré comme le plus grand guitariste de la planète, s’exclamait-il. Et aujourd’hui, voilà. »

>> A lire aussi : « Je ne joue plus depuis deux ans », confiait Manitas de Plata, ruiné et malade

« Pour les gitans, c’était un chemin, confiait Paco, petit-fils de l’artiste flamenco, la gorge serrée, quelques heures après la disparition de la star. Il a toujours tendu la main à ceux qui étaient dans le besoin. Manitas, c’était aussi un grand-père formidable. On ne le voyait pas trop souvent à cause de ses tournées. Mais je garde des souvenirs indélébiles de sa présence à nos côtés. Il n’y a pas vraiment de mots pour expliquer ça. »