«Rogue One: A Star Wars Story»: Sébastien Leclerc, ce Nîmois qui a travaillé sur les effets spéciaux

CINEMA Diplômé de l’école Art FX à Montpellier, le jeune homme de 26 ans a été embauché par le studio Atomic Fiction, à Montréal, où il est « digital compositor »…

Nicolas Bonzom

— 

Sébastien Leclerc, dans les locaux d'Atomic Fiction.
Sébastien Leclerc, dans les locaux d'Atomic Fiction. — Atomic Fiction / S. Leclerc

C’est en se frottant les yeux qu’il verra défiler son nom au générique de Rogue One : A Star Wars Story. Sébastien Leclerc, un Nîmois de 26 ans, est l’une des petites mains qui a travaillé à la conception du blockbuster, qui sort ce mercredi au cinéma…

>> A lire aussi : Révisez vos connaissances sur «Star Wars» avant de découvrir «Rogue One»

Exilé au Québec chez Atomic Fiction, un studio d’effets spéciaux basé à Montréal, il a œuvré sur le film en tant que « digital compositor » : « Je recevais des plans filmés dans un studio sur fond vert et mon but était de les remplacer par des décors, leur donner vie, faire en sorte que l’intégration de tous ces éléments soit invisible. La franchise Star Wars est pleine de lieux immenses, qui coûteraient beaucoup trop cher s’ils étaient réellement construits », souligne le jeune homme.

>> A lire aussi : «Rogue One - A Star Wars Story» s'émancipe de la saga pour un résultat bluffant

« Il est bon d’avoir Star Wars sur son CV ! »

Un « rêve de gosse » pour cet admirateur de la saga créée en 1977 par Georges Lucas. « C’était une révolution pour l’époque, confie-t-il. Star Wars a créé tous les métiers dans lesquels nous travaillons aujourd’hui. J’ai énormément d’admiration pour ce film et ce qu’il représente et c’est un grand honneur d’avoir pu y contribuer à mon tour… Et la franchise est très reconnue dans l’industrie du cinéma, il est bon de l’avoir sur son CV ! »

>> A lire aussi : On a visité l'antre des effets spéciaux de «Rogue One» à San Francisco

Il faut dire que depuis qu’il a décroché son diplôme à Art FX, l’école de 3D et d’effets spéciaux de Montpellier, en juin dernier, la force semble ne jamais avoir quitté le Languedocien : Sébastien Leclerc a également mis sa patte sur le nouveau Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar, qui sortira le 24 mai, et travaille actuellement sur le très attendu Ghost in the Shell, prévu pour le 29 mars.

Un boulot intense, précis, avec énormément d’entraide entre les équipes, qui se passe cependant dans la bonne humeur : « Tout le monde était surexcité de travailler sur Star Wars, l’ambiance était vraiment bonne. Avec la bande-son de la saga sur les enceintes du studio lors des dernières heures, ce qui était très intense pour motiver les troupes ! »