Procès des paris: «J’étais jeune et un peu bête»… Revivez l’audition des frères Karabatic…

JUSTICE Seize prévenus sont rejugés depuis lundi pour escroquerie dans le cadre de paris suspects autour du match de handball Cesson-Montpellier, en 2012…  

Nicolas Bonzom

— 

Luka Karabatic.
Luka Karabatic. — Jérôme Diesnis / Maxele Presse

L'ESSENTIEL

  • Nikola Karabatic, et quinze autres prévenus sont jugés jusqu’au 2 décembre dans le cadre du procès en appel des paris présumés suspects dans le handball.
  • Les seize prévenus ont fait appel de leur condamnation prononcée par le tribunal correctionnel, en juillet 2015. Des peines de 1.500 à 30.000 euros. Tous contestent les faits d’escroquerie qui leur sont reprochés, autour du match Cesson-Montpellier, en 2012 : 104.887 euros de mises avaient été effectués sur ce match.
  • Ce jeudi, ce sont les frères Karabatic qui sont entendus par la Cour d’appel.

 

A LIRE AUSSI

VIDÉO. Procès des paris : Nikola Karabatic se dit «serein», «apaisé» et «déterminé»

Paris suspects : «J'avais l'impression de faire une bêtise», confie Jennifer Priez... Revivez l'audition des compagnes des frères Karabatic...

>> A lire aussi : Procès des paris : Nikola Karabatic «ne savait rien», assure sa compagne Géraldine Pillet

 

Le résumé de l’audition des frères Karabatic

Depuis juin 2015, leur discours n’a pas bougé d’un iota. De son côté, Nikola Karabatic assure qu’il n’a pas parié, et qu’il n’était pas au courant que sa compagne, Géraldine Pillet, et son frère, Luka, allaient parier. Quand il l’a appris, il était « très énervé ».

Il ne souvient pas notamment que sa compagne soit allée dans un bureau de tabac, tandis que lui, attendait dans la voiture. Sur le match contre Cesson, le joueur assure que le MAHB n’était pas favori, notamment parce qu’il y avait de nombreux blessés et parce que l’équipe était déjà championne de France.

De son côté, Luka Karabatic exprime des regrets. « J’étais jeune et un peu bête », confie-t-il. Les deux frères ont évoqué le préjudice subi quand l’affaire a éclaté : ils ont été chassés du club, et ont perdu des sponsors.

12 h 00 : Les auditions des Karabatic sont terminées

L’audience est suspendue. Elle reprendra à 14 h avec l’audition des experts, qui ont analysé le match contre Cesson. Merci d’avoir suivi ce direct !

11 h 54 : Après Cesson, il y a eu Saint-Raphaël

 

L’avocat de Luka Karabatic interroge à son tour son client : une semaine après le fameux match contre Cesson, le MAHB jouait contre Saint-Raphaël. Une rencontre remportée par Montpellier. « C’était une réaction d’orgueil. Pas mal de choses étaient sorties dans la presse… », explique Luka Karabatic.

 

 

11 h 49 : Les préjudices de Luka Karabatic

 

« J’ai été licencié, sanctionné par la Ligue, six matchs, puis quatre », confie Luka Karabatic, qui évoque les préjudices subis après l’affaire des paris.

11 h 37 : Les parties civiles questionnent le joueur

 

L’avocate du club de Montpellier interroge à son tour Luka Karabatic. « Considérez-vous que parier sur un match que joue votre équipe contre votre équipe est exemplaire ? », note l’avocate, qui évoque un passage du contrat liant le joueur au MAHB, imposant à Luka Karabatic une « conduite exemplaire ». « Non, ce n’est pas exemplaire, confie le joueur. Aujourd’hui, j’aurais agi différemment. »

11 h 31 : « Pourquoi avez-vous parié ? »

 

Jennifer Priez a expliqué à la Cour que si elle a parié, c’est parce qu’elle savait que lui, son compagnon, ne pouvait pas parier. « Alors pourquoi avez-vous vous aussi parié ? », demande le président. « Je pensais que je n’allais pas être reconnu dans ce bureau de tabac », répond Luka Karabatic, qui ne répond pas vraiment à la question posée…

11 h 26 : De quoi se payer une paire des chaussures

 

Le 11 mai 2012, Luka Karabatic envoie un SMS à sa compagne Jennifer Priez, qui était alors l'une des vedettes de NRJ 12, en lui disant qu’il a « quelque chose pour elle » pour « pouvoir se payer une belle paire de bottes », précise le président.

 

11 h 15 : « J’étais jeune et un peu bête »

Luka Karabatic a avoué avoir parié, et avoir fait parier sa compagne. « J’étais jeune et un peu bête, confie le handballeur, qui avait 24 ans à l’époque des faits. Ce fut une bêtise d’un jeune joueur. »

Qu'est-il reproché à Luka Karabatic ?

La justice soupçonne Luka Karabatic d'avoir misé la somme de 3.900 euros sur le match Cesson-Montpellier, et d'avoir demandé à sa compagne, Jennifer Priez, qui était alors l'une des vedettes de NRJ 12, de miser pour lui la somme de 4.500 euros. Des prises qui ont débouchées sur un gain total de 24.360 euros.

Comme les autres prévenus dans cette affaire, le handballeur est accusé de s'être entendu avec certains pour miser exactement au même moment, le 12 mai, à 10h.

En première instance, Luka Karabatic a écopé de 15.000 euros d'amende. C'est la troisième plus forte amende après Nicolas Gillet et le joueur Mladen Bojinovic, qui ont été condamnés tous les deux à 30.000 euros d'amende, en juillet 2015.

Qui est Luka Karabatic ?

C’est en 2007, après un passage au centre de formation montpelliérain, que Luka Karabatic débute sa carrière de joueur professionnel. Il intègre l’effectif du MAHB aux côtés de son frère, Nikola, et devient plusieurs fois champion de France, puis champion d’Europe, puis du monde, avec les Bleus. En 2012, après le scandale de l’affaire des paris, il suit son frère à Aix, avant de le retrouver au PSG en 2015.

11 h 09 : L’audience reprend

La Cour demande à Luka Karabatic de se présenter à la barre.

11 h 01 : L’audience est suspendue

La Cour d’appel sera de retour dans dix minutes, et interrogera Luka Karabatic.

11 h 00 : L’audition de Nikola Karabatic est terminée

« Avez-vous réprimandé votre frère et votre compagne lorsque vous avez appris qu’ils avaient parié ? », questionne son avocat. « Bien sûr », confie Nikola Karabatic, qui retourne à sa place. Son audition, qui aura duré près d'1 h 40, est terminée.

10 h 55 : A l’évocation de la mémoire de son père, Nikola Karabatic est très ému

« La partie civile a eu l’inélégance d’évoquer la mémoire de votre père, confie l’avocat de Nikola Karabatic. Pouvez-vous me dire ce que vous rappelle la date du 11 mai ? » Le 11 mai, c’est la veille de la prise de paris. Et c’est également la date d’anniversaire du décès de son père, Branko Karabatic, grand entraîneur de handball croate, qui a énormément compté pour lui et son frère. Au MAHB, une salle porte son nom.

Très ému, Nikola Karabatic reste muet à la barre, et ne parvient pas à répondre. Un silence parcourt la Cour d’appel. « Cette date peut expliquer bon nombre d’appels de ses amis et ses proches reçus sur le téléphone de Nikola », note son avocat, qui s’excuse auprès de son client d’être revenu sur ce souvenir douloureux.

10 h 50 : Une histoire de pain et de croissants

L’avocat général interroge Nikola Karabatic sur les appels qu’il a reçu de sa compagne Géraldine Pillet, tandis qu’elle avait téléphoné à d’autres prévenus… « Je ne sais pas ce que ça peut être ! Cela peut être "Achète du pain", ou "N’oublie pas les croissants" », reprend Nikola Karabatic, un poil ironique.

10 h 40 : Quand Nikola Karabatic attendait dans la voiture…

 

« Vous avez vu qu’elle allait dans un bureau de tabac ? », demande l’avocat général, qui revient sur cette matinée du 12 mai 2012, où Nikola Karabatic attendait dans la voiture pendant que sa compagne Géraldine Pillet allait parier. « Ça ne m’a pas marqué. »

10 h 39 : Des impressions écran de l’appli de paris… dans la corbeille

 

L’avocat général revient sur l’application téléchargée par Géraldine Pillet sur le téléphone de son compagnon. Des impressions écran de la consultation de l’appli ont été retrouvées sur l’ordinateur de Nikola Karabatic. Dans la « corbeille ». « Je ne sais pas… Par rapport à la synchronisation… Je sais pas du tout », confie le handballeur parisien.

10 h 30 : Des informations de « privilégiés » ?

 

Savoir que Montpellier n’était pas en grande forme face à Cesson ne constitue pas une information de « privilégiés » assure Nikola Karabatic. « Tous ceux qui suivent le sport le savaient », confie le joueur, qui revient sur les nombreux blessés et le fait que le MAHB avait été sacré champion de France quelques jours plus tôt…

10 h 28 : De mystérieuses notes

L’avocat général pointe du doigt des notes retrouvées sur un téléphone où apparaissent des prénoms et des sommes d’argent. Tout cela n’a rien à voir avec l’affaire, affirme Nikola Karabatic, qui n’explique cependant pas ce que sont réellement ces notes.

A la veille de son audition, Nikola Karabatic affrontait mercredi soir Montpellier avec le PSG, à Paris (31-25)

10 h 10 : L’avocate du club de Montpellier interroge Nikola Karabatic

« Cette affaire a-t-elle porté atteinte à votre image ? », questionne l’avocate. « Oui, énormément », répond Nikola Karabatic. « Le club aussi, vous ne pensez pas ? » « C’est très subjectif. Le club n’a rien à voir dans cette affaire. Le préjudice, il est sur les joueurs, qui ont perdu leurs métiers. J’ai dû partir du club, j’ai perdu des sponsors. »

10 h 03 : Montpellier était-il favori ?

« Sur le papier, vous étiez archi-favori ! », assure la Cour, qui évoque le match contre Cesson. « Avec toutes ces blessures, tous ces jeunes joueurs à des postes importants, moins motivés car Montpellier a déjà décroché le titre, qui ont peur de se blesser… Non, Montpellier n’est pas favori », répond Nikola Karabatic.

Le match contre Cesson était-il truqué ? Nikola Karabatic donnait sa version des faits, en juin dernier, au tribunal correctionnel de Montpellier.

9 h 57 : Un expert à la maison

Le président de la Cour d'appel note que si Géraldine Pillet, la compagne du handballeur, avait besoin d'un conseil pour ses paris, elle avait un « expert » sous la main. Nikola Karabatic note qu'elle n'avait pas besoin de ses conseils.

9 h 56 : Cesson, un match difficile pour Montpellier ?

Les prévenus sont soupçonnés d’avoir parié sur une défaite à la mi-temps du MAHB. La Cour interroge Nikola Karabatic sur les conditions du match. Une défaite du club était-elle prévisible ?

« C’est un match où Montpellier vient d’être sacré champion de France. Il y a beaucoup de festivités, des joueurs font la fête plusieurs jours d’affilée. Il y a un relâchement psychologique. A Cesson, il n’y a plus aucun enjeu pour nous. Il y avait beaucoup de blessés. Les Jeux olympiques approchaient… S’il y avait un match où Montpellier pouvait être mené en première mi-temps, c’était peut-être celui-là… »

9 h 50 : Un SMS mystérieux…

Quelques jours avant le 12 mai, Nikola Karabatic reçoit un SMS de Mickaël Robin : « C’est quoi le truc avec la caisse noire ? » Une caisse utilisée, selon la justice, pour ces paris. « On appelle ça la caisse noire, ça peut paraître louche. Mais c’est le nom de cette cagnotte dans toutes les équipes. Il était blessé depuis longtemps. J’étais le capitaine, il voulait savoir ce qui était prévu avec cette cagnotte. On prend la décision en commun, sur les activités que l’on peut faire avec… Un voyage, un repas… »

9 h 45 : Nikola Karabatic raconte sa matinée du 12 mai 2012

Nikola Karabatic évoque la matinée du 12 mai 2012, où l'ensemble des paris ont été engagés : « On [avec sa compagne Géraldine Pillet] devait aller manger chez des amis. On a pris la voiture, on s’est dirigé vers son domicile. En route, on s’est arrêté pour faire quelques courses. »

Un bureau de tabac ? « Je ne me souviens pas d’un arrêt précis devant un bureau de tabac. » « Vous ne vous souvenez pas que Géraldine Pillet soit allée dans un bureau de tabac ? », reprend le président. « Pas précisément », confie le handballeur.

9 h 38 : « Je suis très énervé »

« Comment réagissez-vous quand Géraldine Pillet vous avoue qu’elle a parié ? », demande le président. « Je suis très énervé. Je suis contre le fait l’on puisse parier sur mon sport. On a eu une explication », répond Nikola Karabatic, très serein à la barre.

Les frères ont battu Montpellier mercredi

Le timing est serré pour les frères Karabatic. Ils viennent tout juste de débarquer de l’avion. Mercredi soir, ils étaient tous les deux sur le parquet parisien, avec le PSG, où ils affrontaient… Montpellier. Un match remporté par les Parisiens (31-25).

9 h 34 : « Jamais dans sa tête, ce n’était un crime »

Que sa compagne télécharge une appli de paris sur son téléphone ? « Jamais dans sa tête, ce n’était un crime. Elle n’imaginait pas les conséquences que ça allait avoir. »

9 h 31 : Une application de paris sur son téléphone

Une appli de paris sportifs a été retrouvée sur le téléphone de Nikola Karabatic. « C’est ma compagne qui a téléchargé l’application. Elle utilise le mien souvent. Cela arrive dans tous les couples. » Géraldine Pillet l’a confirmé mercredi devant la Cour d’appel.

Qu’est-il reproché à Nikola Karabatic ?

Depuis le début, Nikola Karabatic a toujours nié avoir parié. L’ensemble des prévenus innocentent la star du handball. Notamment Géraldine Pillet, sa compagne. Si la jeune femme a parié 1.500 euros de ses propres économies le 12 mai 2012 vers 10 h, c’est, selon elle, sa propre initiative : « Il ne savait pas que j’allais parier. »

La Cour s’est tout de même étonnée mercredi du fait que Nikola Karabatic n’était pas au courant de ces paris, alors que quand sa compagne mise, le handballeur l’attend dans la voiture. « Je lui ai simplement dit que j’allais retirer de l’argent », explique-t-elle.

Quant à la trace du téléchargement d’une appli de paris sur son mobile, la jeune femme assure que c’est de sa faute. C’est elle qui l’a téléchargée.

9 h 25 : Nikola Karabatic avait retiré de l’argent

Nikola Karabatic a retiré le 9 mai 2012 une somme importante, trois jours avant les faits. Le seul retrait d’espèces important depuis longtemps. "Pour payer les vacances", explique-t-il à la barre. Des vacances intervenues environ un mois après.

Qui est Nikola Karabatic ?

D'origine croate, Nikola Karabatic a débuté sa carrière professionnelle en 2001, formé par le MAHB, à Montpellier. Il est plusieurs fois champion de France, d'Allemagne et d'Espagne, détenteur de trois Ligues des champions,  et double champion olympique, triple champion du monde et triple champion d'Europe avec les Bleus.

En 2012, lorsque l'affaire des paris éclate, il est revenu jouer au MAHB depuis trois ans, après quatre ans à Kiel. Chassé de Montpellier, il trouve alors refuge à Aix, puis à Barcelone, et enfin, jusqu'à aujourd'hui, au PSG, avec son frère Luka.

9 h 22 : Nikola Karabatic est appelé à la barre.

Le joueur va témoigner.

Les auditions des frères Karabatic à suivre en direct

Après leurs compagnes mercredi, Luka et Nikola, stars de l’équipe de handball du PSG, formés à Montpellier, vont être entendus à la barre de la Cour d’appel. Des auditions à suivre en direct sur 20minutes.fr.