Jennifer Priez et Géraldine Pillet, ce mercredi.
Jennifer Priez et Géraldine Pillet, ce mercredi. — N. Bonzom / Maxele Presse

JUSTICE

Procès des paris: Nikola Karabatic «ne savait rien», assure sa compagne Géraldine Pillet

Seize personnes, dont les frères Karabatic, sont jugées depuis lundi par la Cour d'appel. Ce mercredi matin, c'était au tour de leurs compagnes d'être entendues...

Depuis juin 2015, date à laquelle elles avaient témoigné de leurs implications dans l’affaire des paris présumés suspects devant le tribunal correctionnel de Montpellier, leur ligne de défense n’a pas bougé d’un iota. Ce mercredi, devant la Cour d’appel où elles sont rejugées, les compagnes de Luka et Nikola Karabatic, Jennifer Priez et Géraldine Pillet ont confirmé avoir parié sur le match Cesson-Montpellier, le 12 mai 2012.

Mais elles réfutent, comme l’ensemble des 14 autres prévenus, qui ont tous fait appel, toute accusation d’escroquerie… S’ils ont parié vers 10 h, c’est la faute au hasard. Et même si la justice a remarqué des échanges téléphoniques entre certains.

>> A lire aussi : Paris suspects : Nikola ne «savait pas que j'allais parier»... Revivez l'audition des compagnes des frères Karabatic...

Jennifer Priez avait l’impression « d’être un bandit »

Condamnée à 10.000 euros d’amende en première instance, la jeune femme a toujours souligné avoir parié pour le compte de son compagnon, Luka Karabatic. Le 12 mai 2012, à 10 h, elle a parié 45 fois 100 euros : dans un SMS envoyé à son compagnon, récupéré par la justice, elle expliquait alors avoir l’« impression d’être un bandit ».

Luka Karabatic et Jennifer Priez, ce lundi, à leur sortie du tribunal.
Luka Karabatic et Jennifer Priez, ce lundi, à leur sortie du tribunal. - N. Bonzom / Maxele Presse

« Je savais que je faisais quelque chose de pas très correct, j’avais la sensation de faire une bêtise », a-t-elle souligné ce mercredi. Elle l’assure : elle n’est surtout pas « une joueuse dans l’âme ». A noter, un petit détail qui a semblé intéresser la cour d’appel : lors de la prise de paris, la jeune femme portait des lunettes de soleil…

« A ce moment-là, j’étais quand même à la télé, j’étais un peu connue, répond Jennifer Priez, qui a animé Les Anges de la télé-réalité (NRJ 12) avec Matthieu Delormeau, avant d’être privée d’antenne, lorsque l’affaire a éclaté au grand jour. Peut-être que j’ai gardé les lunettes pour… » « Pour éviter d’être reconnue », achève le tribunal.

>> A lire aussi : VIDÉO. Procès des paris : Nikola Karabatic se dit «serein», «apaisé» et «déterminé»

Géraldine Pillet affirme avoir parié dans le dos de Nikola Karabatic

« Il ne savait pas » : depuis le début de l’affaire, Géraldine Pillet, comme les autres prévenus, écarte la star mondiale du handball de tout soupçon. Si la jeune femme a parié 1.500 euros de ses propres économies le 12 mai 2012 vers 10 h, c’est de son propre chef.

Nikola Karabatic et sa compagne, à leur arrivée, ce lundi.
Nikola Karabatic et sa compagne, à leur arrivée, ce lundi. - N. Bonzom / Maxele Presse

« Je n’en ai jamais parlé à Nikola [Karabatic] (…) Il ne savait pas que j’allais parier… » Et même si, quand elle se rend dans l’établissement pour engager le pari, le handballeur montpelliérain l’attend dans la voiture. « Je lui ai simplement dit que j’allais retirer de l’argent », note la jeune mannequin, qui souligne qu’elle ne l’aurait pas fait si elle avait « su toutes les conséquences que cela allait avoir par la suite ».

Quant à la trace du téléchargement d’une application de paris sur le smartphone de son compagnon, la jeune femme assure que c’est elle… « Si vous ne vouliez pas que votre compagnon sache que vous allez parier, ce n’est pas très discret. Pourquoi avoir utilisé le téléphone de Nikola Karabatic ? », s’interroge la cour. « Le mien était ailleurs dans la pièce », note Géraldine Pillet. Et de toute façon, « impossible » qu’il s’en aperçoive : il y a « des centaines d’applis » sur le mobile du champion du monde.