Paris suspects: «J'avais l'impression de faire une bêtise», confie Jennifer Priez... Revivez l'audition des compagnes des frères Karabatic...

PROCES Seize prévenus sont jugés pour escroquerie dans le cadre de paris suspects autour du match de handball Cesson-Montpellier, en 2012. Les compagnes des handballeurs ont été entendues ce mercredi...

Nicolas Bonzom

— 

Jennifer Priez et Géraldine Pillet, ce mercredi.
Jennifer Priez et Géraldine Pillet, ce mercredi. — N. Bonzom / Maxele Presse

L'ESSENTIEL

Nikola Karabatic, et quinze autres prévenus sont jugés jusqu’au 2 décembre dans le cadre du procès en appel des paris présumés suspects dans le handball.

Les seize prévenus ont fait appel de leur condamnation prononcée en première instance par le tribunal correctionnel, en juillet 2015. Des peines allant de 1.500 à 30.000 euros. Tous contestent les faits d’escroquerie qui leur sont reprochés, autour du match Cesson-Montpellier, en 2012 : 104.887 euros de mises avaient été effectués sur ce match.

Ce mercredi, ce sont les compagnes des frères Karabatic, Géraldine Pillet et Jennifer Priez qui vont être entendues par la Cour d’appel de Montpellier.

A LIRE AUSSI

VIDÉO. Procès des paris : Nikola Karabatic se dit «serein», «apaisé» et «déterminé»

Affaire Karabatic : Les clés pour comprendre le procès en appel

 

Merci d’avoir suivi ce direct. Rendez-vous jeudi à 9 h pour l’audition très attendue des frères Karabatic.

Le résumé de l’audition de Géraldine Pillet

 

Comme sa belle-sœur, Géraldine Pillet n’a pas varié dans ses propos par rapport à l’année dernière : son compagnon Nikola Karabatic ne savait pas qu’elle allait parier 1.500 euros, de ses propres économies, par simple « appât du gain ».

 

Le tribunal a cependant soulevé d’étranges circonstances : quand elle a parié, Nikola Karabatic attendait dans la voiture. « Je lui ai dit que j’allais retirer de l’argent. Il ne savait pas », assure-t-elle. Elle avait caché, à son retour, les tickets dans son sac.

 

Quant à l’application de paris sportifs retrouvée sur le téléphone de la star du handball, Géraldine Pillet assure que c’est elle qui l’a téléchargée : « Le mien était ailleurs dans la pièce ». Et impossible que son compagnon s’en aperçoive car il y a « plusieurs centaines d’applications » sur son téléphone.

12 h 16 : L’audience est suspendue.

Elle reprendra en début d’après-midi, avec notamment les auditions d’anciens joueurs du MAHB, aujourd’hui devenu le MHB. Jeudi, vous pourrez suivre les auditions des frères Karabatic en direct sur 20minutes.fr. Rendez-vous dès 9 h.

12 h 14 : « Nikola ne fume pas, il ne rentre pas dans les tabacs »

L’avocat général s’interroge sur le fait que Nikola Karabatic ait attendu dans la voiture, quand elle est allée parier. « Nikola ne rentre pas dans les tabacs, il ne fume, il reçoit les magazines chez lui », confie la jeune femme. Quant aux tickets, Géraldine Pillet note les avoir cachés dans son sac à main.

12 h 12 : Des « éléments » qui lui donnent envie de parier

« J’avais de nombreux éléments qui me permettaient de penser que je ne me trompais pas [dans ce pari] », explique Géraldine Pillet. Notamment le fait qu’il allait manquer de nombreux joueurs cadres du côté du MAHB sur le parquet face à Cesson.

12 h 10 : « L’appât du gain »

Les parties civiles s’étonnent du fait que Géraldine Pillet ait misé « deux mois de revenus » dans ce pari : « C’est imprudent ! » « A partir du moment où j’ai pris la décision de parier, je me suis dit « Allez, allons-y ». Je tente ma chance », confie la jeune maman, dont c’est le « premier pari sur un match de handball ». Elle reprend : « L’appât du gain, le plaisir du jeu, je le fais une fois. Mais je le fais bien. »

12 h 06 : Géraldine Pillet exprime des regrets

« Si j’avais su les conséquences que tout cela allait avoir plus tard, je ne l’aurais pas fait », assure Géraldine Pillet, devant la Cour d’appel de Montpellier.

12 h 03 : « Je sais que la cote peut changer »

Mais pourquoi donc avoir parié en même temps que tous les autres prévenus, vers 10 h du matin ?, s’interroge le tribunal. « Je voulais le faire en même temps qu’eux. Je sais que la cote peut changer », confie Géraldine Pillet. Depuis le début du procès, comme en 2015, les prévenus rejettent l’idée de s’être concertés pour prendre les paris au même moment.

11 h 47 : L’application de paris sur le téléphone de Nikola Karabatic ? C’est Géraldine Pillet qui l’a téléchargée…

Il y a trace du téléchargement d’une application de paris en ligne sur le téléphone de Nikola Karabatic. « C’est moi », assure Géraldine Pillet. « Si vous ne vouliez pas que votre compagnon sache que vous allez parier, ce n’est pas très discret. Pourquoi avoir utilisé le téléphone de Nikola Karabatic ? », note le président. « Le mien était ailleurs dans la pièce », répond étrangement Géraldine Pillet.

Et selon la jeune femme, impossible que son compagnon s’en aperçoive : il y a « plusieurs centaines d’applications » sur le téléphone de Nikola Karabatic.

11 h 46 : Nikola Karabatic l’attendait dans la voiture, mais il ne savait pas

Géraldine Pillet assure que si elle a parié, c’est de son propre chef. « Vous avez eu une intuition au regard des circonstances dans lesquelles le match allait être joué », affirme le président, en lisant le rapport de l’enquête. « Oui », répond-t-elle. « Je n’en ai jamais parlé à Nikola [Karabatic] (…) Il ne savait pas que j’allais parier. »

C’est avec ses économies qu’elle a parié. Alors qu’elle allait dans l’établissement pour engager 1.500 euros, Nikola Karabatic l’attendait dans la voiture. « Je lui ai dit que j’allais retirer de l’argent. Il ne savait pas que j’allais parier », assure-t-elle.

11 h 40 : Les prévenus se sont appelés

Géraldine Pillet a notamment eu des contacts avec le joueur Mladen Bojinovic, également présent au procès ce mercredi. Le président met le doigt sur le fait que l’ensemble des prévenus se sont régulièrement téléphoné avant et après les prises de paris.

Qu’est-il reproché à Géraldine Pillet ?

Géraldine Pillet, compagne de la star du handball Nikola Karabatic depuis six ans, est soupçonnée d’avoir eu connaissance d’une entente préalable entre certains joueurs du MAHB en vue d’engager des paris sportifs sur le score à la mi-temps du match face à Cesson. Elle a misé 1.500 euros sur la défaite de Montpellier à la mi-temps. Un pari qui a rapporté 4.350 euros.

11 h 34 : Le procès reprend. Géraldine Pillet, compagne de Nikola Karabatic, est appelée à la barre par le président.

Le résumé de l’audition de Jennifer Priez

Jennifer Priez n’a pas varié dans les propos qu’elle a tenus en 2015, devant le tribunal de Montpellier. Si elle a parié 4.500 euros sur la mi-temps du match Cesson-Montpellier, c’est à la demande de son compagnon qui, lui aussi, a parié de son côté.

Dans un SMS, elle expliquait à Luka Karabatic avoir l’impression « d’être un bandit ». « J’avais l’impression de faire une bêtise ». Elle a aussi parlé de ces paris à Géraldine Pillet, sa belle-soeur. Cette dernière sera entendue dans les prochaines minutes.

11 h 13 : L’audition de Jennifer Priez est terminée, elle retourne à sa place. L’audience est suspendue, elle reprendra à 11 h 30.

11 h 11 : Jennifer Priez n’est pas joueuse

« Je ne suis pas une joueuse dans l’âme », assure Jennifer Priez. Si elle a parié, c’est pour son compagnon Luka Karabatic, et à sa demande, et pour rien d’autre.

 

10 h 55 : Des lunettes de soleil ? « J’étais tout de même un peu connue »

« Pourquoi étiez-vous dissimulée derrière des lunettes de soleil lors de la prise de paris ? », demande le tribunal. « Je ne me souviens pas, répond Jennifer Priez. Après, bon. A ce moment-là, j’étais quand même à la télévision, j’étais un peu connue, peut-être que j’ai gardé les lunettes pour… » « Pour éviter d’être reconnue », note le tribunal. Jennifer Priez acquiesce.

La jeune femme était animatrice sur NRJ 12 lorsque l’affaire des paris a éclaté. Depuis un an, elle co-animait avec Matthieu Delormeau Les Anges de la télé réalité et participait à Hollywood Girls ou Le Mag. Placée en garde à vue, elle a été suspendue de la chaîne.

Quelle fut la condamnation de Jennifer Priez en juillet 2015 ?

En première instance, Jennifer Priez avait été condamnée à 10.000 euros d’amende par le tribunal correctionnel de Montpellier, comme Géraldine Pillet. Son compagnon Luka Karabatic a écopé de 15.000 euros d’amende.

10 h 32 : A-t-elle parlé avec Géraldine Pillet, la compagne de Nikola Karabatic de ces paris ? « Oui, on en a parlé, comme ça... », reprend Jennifer Priez. Et concernant l'aspect « immoral » de parier contre son équipe ? « Avec Luka, on en a discuté aussi, oui. »

10 h 30 : Mais pourquoi les prévenus ont-ils tous parié aux alentours de 10 h ? Pour Jennifer Priez, il fallait parier « avant que la cote ne baisse ». « Dans ce dossier, il y a beaucoup de hasards », s’interroge le président.

10 h 27 : « Vous saviez que Luka Karabatic était lui aussi en train de parier de son côté ? », demande le président. « Oui », répond Jennifer Priez. Elle savait que c'était interdit par son contrat de joueur.

10 h 24 : La jeune femme a avoué avoir parié pour le compte de Luka Karabatic. Selon la justice, elle s’est rendue complice du délit d’escroquerie reproché à son compagnon.

10 h 18 : Le président rappelle qu’il est reproché à la jeune femme 45 « prises de jeux » de 100 euros sur le match Cesson-Montpellier. Dans un SMS envoyé à son compagnon Luka Karabatic, elle a expliqué avoir l'« impression d’être un bandit ». « Je savais que je faisais quelque chose de pas très correct, j’avais la sensation de faire une bêtise. »

Jennifer Priez à la barre

Le président appelle à la barre Jennifer Priez, ancienne animatrice télé, ancienne mannequin, compagne de Luka Karabatic, à témoigner.

Les auditions des compagnes des frères Karabatic à suivre en live

Géraldine Pillet et Jennifer Priez vont être entendues par la Cour d'appel de Montpellier. Leurs compagnons sont absents : mercredi soir, Nikola et Luka Karabatic, stars du PSG, jouaient à Paris, face à... Montpellier.