VIDÉO. Procès des paris: Nikola Karabatic se dit «serein», «apaisé» et «déterminé»

JUSTICE Les frères Karabatic, ainsi que quatorze autres prévenus, sont jugés pour escroquerie jusqu’au 2 décembre pour des paris présumés suspects en 2012…

Nicolas Bonzom

— 

Nikola Karabatic et sa compagne, à leur arrivée, ce lundi.
Nikola Karabatic et sa compagne, à leur arrivée, ce lundi. — N. Bonzom / Maxele Presse

On repart à zéro… Le procès en appel des paris présumés suspects dans le handball a débuté ce lundi matin, à Montpellier (Hérault). Nikola Karabatic, et quinze autres prévenus, dont son frère et les compagnes des deux hommes, Géraldine Pillet et Jennifer Priez seront jugés jusqu’au 2 décembre prochain.

>> A lire aussi : Toutes les clés avant le début du procès en appel

Le procès se déroule dans la salle de la cour d’assises, en raison du nombre de journalistes accrédités (une vingtaine). Bien peu pourtant, par rapport aux 130 reporters présents en 2015. La justice a mis en place des mesures drastiques à l’encontre des médias : aucune image n’est autorisée dans le palais, ni même en dehors de la salle d’audience. Cameramans et photographes ont dû déposer leur matériel à l’entrée.

« Aucune preuve »

Les seize prévenus ont fait appel de leur condamnation prononcée en première instance par le tribunal correctionnel, en juillet 2015. Des peines allant de 1.500 à 30.000 euros.

« Nous sommes dans un état d’esprit serein et apaisé, nous avons confiance en la justice, a témoigné le champion du monde Nikola Karabatic, suivi de son frère et de leurs compagnes, avant d’entrer dans le palais de justice. Nous sommes déterminés à démontrer au juge et à ses conseillers qu’il n’y a aucune preuve d’un match truqué. »

Luka Karabatic et Jennifer Priez, ce lundi, à leur sortie du tribunal.
Luka Karabatic et Jennifer Priez, ce lundi, à leur sortie du tribunal. - N. Bonzom / Maxele Presse

Des emplois du temps chargés

Un par un, tous ont contesté les faits reprochés, lundi, devant la cour, leur reprochant des paris suspects, sur le match Cesson-Montpellier, en 2012 : 104.887 euros de mises avaient été effectués sur la rencontre, déclenchant une plainte de la Française des Jeux.

Parmi les prévenus, Issam Tej, qui joue au El Jaish Sports Club, un club du Qatar, ne sera pas présent au procès, ni Dragan Gajic, ailier droit à Veszprém, en Hongrie. D’autres seront bien là, mais selon leurs disponibilités. De quoi quelque peu exaspérer le président, qui s’étonnera en début de séance de ne « jamais avoir été autant sollicité » pour arranger les emplois du temps de chacun : « Je pensais que c’était les accusés qui se rendaient disponibles pour être présents. »

Les frères Karabatic auditionnés jeudi

Le planning prévisionnel de ce procès, qui risque fort d’être bouleversé en cas d’événements particuliers, a été notifié en début de séance.

Samuel Honrubia, à sa sortie du tribunal, ce lundi.
Samuel Honrubia, à sa sortie du tribunal, ce lundi. - N. Bonzom / Maxele Presse

Les personnalités des prévenus seront examinées mardi. Les auditions des compagnes des frères Karabatic, de Mladen Bojinovic, et de Samuel Honrubia seront effectuées mercredi, celles de Luka et Nikola Karabatic jeudi, tout comme le visionnage du match ainsi que l’audition des experts. Patrice Canayer, le manager général du MHB, sera entendu vendredi. Suivront les plaidoiries des parties civiles, les réquisitions, puis les plaidoiries de la défense, avant que le tribunal ne donne la parole aux prévenus.

Une semaine chargée pour Luka et Nikola Karabatic : mercredi (20 h 45), leur club, le PSG affrontera, dans le cadre de la 9e journée de D1… Montpellier. Visiblement, les frangins feraient l'aller-retour, pour être là jeudi pour être entendus.