VIDÉO. Montpellier: Une campagne de financement pour donner vie à un supermarché coopératif

INITIATIVE Pour acheter ses produits bio et locaux, il faudra donner 3 heures de son temps chaque mois…

Nicolas Bonzom

— 

Des légumes dans des cagettes (Illustration).
Des légumes dans des cagettes (Illustration). — N. Bonzom / Maxele Presse

La semaine dernière, la sortie du film documentaire Food Coop, de Tom Boothe, a mis en lumière l’étonnante initiative d’une poignée d’habitants de Brooklyn, qui ont lancé, en 1973, le premier supermarché coopératif du monde.

>> A lire aussi : A Toulouse, les clients de la Chouette Coop prêts à prendre le pouvoir dans les rayons

Un concept qui a inspiré depuis de nombreux projets. Une dizaine est en cours en France, dont un àMontpellier (Hérault). Au 11, rue Balard, près du parc Clémenceau, l’association La Cagette a ouvert un local en juin dernier.

Une campagne de financement participatif

Un lieu de vie qui permet aux adhérents et au salarié de faire avancer leur démarche, et qui sert de point de vente, de lieu de stockage pour les produits et de point d’information. La supérette coopérative, elle, n’existe pas encore.

Pour donner un coup de pouce au concept, une campagne de financement participatif a été lancée sur la plate-forme Zeste. coop. Sur les 15.000 euros requis, plus de 12.500 ont déjà été collectés.

>> A lire aussi : Scopéli, le supermarché bio nantais où il faudra travailler pour être client

Des produits bio et locaux

« Nous avons constaté qu’il n’était pas toujours facile d’avoir accès à une alimentation de qualité pas trop chère, ou alors via des systèmes loin d’être simples et qui ne sont pas satisfaisants, explique Léa Cavalin, membre de l’association. Notre idée, c’est de proposer des produits bio et locaux, le plus possible Et quand nous allons chercher quelque chose loin, c’est qu’il y a une démarche éthique. » Comme une entreprise italienne qui cultive des oranges, dont les salariés ont eux-mêmes repris l’activité.

Autre engagement de La Cagette : proposer aux producteurs une rémunération « juste ». « Nous prenons une marge de 20 %, quand cela peut aller jusqu’à 40 ou 50 % dans la grande distribution », reprend Léa Cavalin.

>> A lire aussi : VIDEO. Un supermarché coopératif, où clients et employés ne font qu'un, ouvre fin 2016 à Bordeaux

Pour avoir accès aux rayons du supermarché, les adhérents devront donner de leur temps (environ 3h par mois) pour assurer le fonctionnement du supermarché. Ils seront donc à la fois clients, propriétaires et travailleurs. Aujourd’hui, la Cagette compte 420 membres qui œuvrent à la création de ce drôle de supermarché, qui devrait proposer du frais, notamment des fruits et légumes, mais aussi des produits d’hygiène.