VIDEO. Montpellier: «L'incroyable odyssée», la web-série qui donne envie

FICTION Imaginé par Gaël et Axel Rezé, le projet fait appel à la générosité des internautes à travers une campagne de financement participatif…

Nicolas Bonzom

— 

La web-série L'incroyable odyssée.
La web-série L'incroyable odyssée. — L'incroyable odyssée.

C’est en 2013, lors d’un séjour au ski, bloqués de longues minutes sur un télésiège, que Gaël et Axel Rezé ont imaginé l’univers heroic fantasy de ce qui allait devenir L’incroyable odyssée.

>> A lire aussi : Montpellier : Le collectif VHS fédère les talents de la fiction de demain

Trois ans plus tard, leur délire de frangins est en passe de devenir réalité : après avoir tourné dans la région, en 2015, avec une centaine de bénévoles, huit teasers prometteurs de leur web-série, histoire de montrer l’étendue de leur talent, les frères, qui ont grandi à Agde (Hérault), espèrent s’attaquer bientôt à la réalisation d’un épisode pilote.

Pour y parvenir, ils ont lancé une campagne de financement participatif sur Ulule. Le duo espère collecter au moins 25 000 euros pour reprendre le chemin des tournages.

Un homme-marmotte ninja et un elfe transsexuel

« La série raconte l’histoire de cinq héros choisis pour accomplir une quête millénaire, pour tenter de refermer une faille démoniaque, qui s’ouvre tous les mille ans, et d’où s’échappe une armée qui tente de conquérir le monde », explique Axel, qui a coécrit le scénario avec son frère.

La web-série L'incroyable odyssée.
La web-série L'incroyable odyssée. - L'incroyable odyssée.

Et si la série obéit aux codes du genre, à grands coups de chevauchées fantastiques et de grosses bestioles, les deux Héraultais l’ont d’abord voulu « déjantée », avec une large place accordée à l’humour. Parmi les personnages qu’ils ont créés, figurent notamment un homme-marmotte ninja, un nain super-sayen ou un elfe transsexuel.

« Côté références, on se complète plutôt bien avec Axel, souligne Gaël, qui met en scène et réalise L’incroyable odyssée. Lui baigne dans l’humour absurde, des Monty Python à la culture Web, et moi j’ai une culture cinématographique très années 1980, des Goonies à L’Histoire sans fin… Dans la série, on a voulu mélanger intelligemment les deux univers. » Une recette qu’ils espèrent assez forte pour partir en quête d’éventuels diffuseurs, une fois leur épisode pilote de 26 minutes sous le bras.