VIDÉO. Gard: Taïg Khris a battu le record de saut en longueur en rollers

SPORTS EXTREMES Tiré par une moto à 80 km/h, le sportif s’est élancé depuis la jetée du Grau-du-Roi dans la Méditerranée, ce samedi, plus de 31 mètres plus loin…

Nicolas Bonzom
— 
Taïg Khris, après son saut, ce samedi, au Grau-du-Roi.
Taïg Khris, après son saut, ce samedi, au Grau-du-Roi. — N. Bonzom / Maxele Presse

Le 29 mai 2010, chaussé de ses rollers, il avait tutoyé le ciel en s’élançant dans le vide depuis le premier étage de la tour Eiffel. Ce samedi, c’est un nouveau défi que l’infatigable Taïg Khris a relevé au Grau-du-Roi (Gard) : le triple champion de monde de roller sur rampe a pulvérisé le record du monde de saut en longueur en roller, en s’envolant à plus de 31 mètres depuis la jetée du port de pêche languedocien.

Un challenge relevé au bout de trois essais, mais qui reste « pour le fun », confie le sportif : en effet, le précédent record (30 mètres) était détenu par l’Américain Chris Haffey, avec réception sur une rampe. Ici, la réception s’est faite… dans la Méditerranée. Un record qui n’a cependant pas reçu d’homologation officielle, aucun représentant n’ayant été convié à assister à la performance de Taïg Khris.

Une petite frayeur

Tiré par une moto sur une centaine de mètres à près de 80 km/h, Taïg Khris a réussi son défi, devant des dizaines de Grauléens amateurs de sensations fortes.

Mais cela n’a pas été de tout repos : le champion s’est mal réceptionné sur le troisième saut, et s’est fait une petite frayeur. « J’ai fait une sorte de plat sur les côtes, ça m’a coupé la respiration, ça m’a mis KO… Je n’ai pas les côtes cassées, mais c’était vraiment très limite. Le casque a explosé. Mais bon, la sensation dans l’air est vraiment agréable, on a comme l’impression de voler… »

Mais Taïg Khris avait comme une envie d’aller « plus loin », en quittant le port, ce samedi. « Malheureusement, on s’est un peu trompé sur les dimensions du tremplin, explique-t-il. J’arrivais à très grande vitesse, sur un tremplin très sec, et j’avais du mal à maîtriser l’impulsion au décollage. » Il garde l’espoir, un jour, de pulvériser la barre des 40 mètres. « On se lance tous des défis, sourit-il. Tout ça, ça vient de mon enfance, quand j’ai commencé le roller à 5 ans… Depuis, j’ai toujours voulu dépasser les limites. »