Béziers : Le tribunal examine ce vendredi un éventuel retrait des affiches anti-migrants

JUSTICE Depuis plusieurs jours, deux campagnes ont suscité la consternation des associations…

Nicolas Bonzom

— 

La campagne de la ville de Béziers sur son référendum sur les migrants.
La campagne de la ville de Béziers sur son référendum sur les migrants. — N. Bonzom / Maxele Presse

A Béziers (Hérault), les deux campagnes d’affichage liées aux migrants instaurées par Robert Ménard, maire soutenu par le FN, continuent d’attiser la consternation des associations. Suite au recours déposé par les associations Cultures Solidaires et Esprit Libre, le tribunal administratif de Montpellier examine ce vendredi (à 11 h) leur volonté de faire retirer ces affiches, ainsi que les deux derniers bulletins municipaux.

>> A lire aussi : Référendum sur les migrants à Béziers : « Le travail d’un maire, c’est de rassembler les gens, pas de les opposer »

« Ces publications sont des atteintes graves aux libertés fondamentales de notre république. On ne doit pas laisser le maire faire sa propagande xénophobe via les services publics de notre ville » déclare, dans un communiqué diffusé sur Facebook, la présidente de Cultures Solidaires, Linda Mendy.

« C’est irresponsable »

« Le maire n’a pas le droit de détourner les publications de la ville à des fins d’incitation à la haine raciale et au rejet des réfugiés. (…) Le maire n’a pas le droit d’essayer, de soulever la ville contre les migrants. C’est irresponsable de sa part de provoquer un clivage dangereux au sein de la population qui pourrait occasionner des drames », confie Medhi Roland, le président de Esprit Libre.

>> A lire aussi : Béziers : La contre campagne d'affichage des pro-migrants

Pour les avocats des deux structures, Me. Marie-Sygne Leca et Me. Eric Bernard, « la ville de Béziers a porté gravement atteinte à plusieurs libertés fondamentales
et notamment aux principes de neutralité des services publics et d’expression pluraliste des courants d’opinion, ainsi qu’au principe du respect de la dignité humaine. »

Par ailleurs, la préfecture de l’Hérault a dit son intention de déposer un autre recours contre la mise en place du référendum sur les migrants par Robert Ménard.