Béziers: La contre campagne d'affichage des pro-migrants

SOCIETE Choqué par Robert Ménard, un chef d’entreprise veut utiliser les mêmes armes et lance le financement participatif d’une campagne d’affichage pro-migrants à Béziers…

Jerome Diesnis

— 

Les fameuses affiches anti-migrants dans les rues de Béziers, le mercredi 12 octobre.
Les fameuses affiches anti-migrants dans les rues de Béziers, le mercredi 12 octobre. — Franck LODI/SIPA

Patron d’une agence de communication à Cognac, en Charente, Julien Chollet a décidé de prendre le contre-pied de la campagne d’affiches de Robert Ménard. Le maire de Béziers, proche du Front National, a fait placarder partout en ville des affiches anti-migrants accompagnées du slogan « Ca y est, ils arrivent ».

Julien Chollet veut lancer une campagne « humaniste » sur 31 panneaux d’affichage dans la seconde ville de l’Hérault. L’association The Wagabonds sera chargée de récupérer les fonds et gérer l’achat des espaces publicitaires.

>> A lire aussi : Référendum sur les migrants à Béziers, «le travail d’un maire, c’est de rassembler les gens, pas de les opposer»

Le chef d’entreprise a lancé une campagne sur le site participatif kisskissbankbank, afin « que l’on sache qu’il y a des gens qui veulent bien accueillir les migrants. On va utiliser les mêmes codes que Ménard pour prouver que son discours ne vaut rien », explique-t-il. « Si l’ignorance était la meilleure arme pour contrer la propagation de cette idéologie d’un autre temps, il faut croire que, dorénavant, l’action devient plus que nécessaire. »

« Ces gens ne demandent qu’un peu de paix et de liberté »

Pour financer cette campagne de publicité, il lui faut réunir 4.320 euros d’ici sept jours. En quelques heures, 38 contributeurs avaient versé près du tiers de la somme demandée (1.259 euros). « Ces hommes et ces femmes ne demandent rien d’autre qu’un peu de paix et de liberté », expliquent Anne-Lise Vallade et Laurent Pradet, deux professeurs qui ont participé financièrement.

>> A lire aussi : Béziers: Robert Ménard lance une campagne d'affiches anti-migrants dans sa ville

« Les migrants actuels ne viennent pas nous envahir, ils fuient… Ils fuient la guerre, la misère et bientôt le réchauffement climatique dont nous, nations du nord, sommes les principaux responsables », soulignent Mona et Marco Lellouche, deux retraités, dont les initiales, comme celles de tous les donateurs, figureront sur l’affiche.

« Les seuls gens qu’on entend, ce sont les anti-migrants, donc je me suis dit qu’il fallait faire une campagne de communication sur les terres de Robert Ménard », conclut Julien Chollet.