Montpellier : Pourquoi le Rockstore est une salle mythique

MUSIQUE La haut-lieu des nuits montpelliéraines fête ses 30 ans. Mais pour tous ceux qui l'ont arpenté, c’est bien plus qu’une simple salle de concerts...

Nicolas Bonzom

— 

Le Rockstore.
Le Rockstore. — N. Bonzom / Maxele Presse

Voilà 30 ans que le Rockstore règne sur les nuits montpelliéraines. Pour fêter ça, l’emblématique salle de concerts de la rue de Verdun a concocté un alléchant menu, fait de musique (avec, notamment, DJ Shadow, Keren Ann, Catherine Ringer ou Benjamin Biolay), mais aussi de cinéma et d’une exposition, à voir au centre d’art la Fenêtre, du 29 octobre au 19 novembre. Un programme à retrouver sur le site du Rockstore.

Pour les Montpelliérains, c’est bien plus qu’une salle de concerts qui fête sa troisième décennie. 20 Minutes vous dit pourquoi le Rockstore est si mythique.

#Concert #PonyPonyRunRun #HeyYou #montpellier #rockstore

A photo posted by Fabrice Tavera (@vitalic) on

Une histoire mouvementée. Le Rockstore n’a pas toujours été le Rockstore. Car c’est au XIIIe siècle que le bâtiment fut érigé, pour abriter des moines cordeliers. Quelques années plus tard, en 1785, c’est ici que fut enterré Charles Bonaparte, père de Napoléon, sous le dancefloor actuel, avant que son corps n’en soit finalement extrait dans le plus grand secret par son empereur de fils.

>> A lire aussi : En 2014, la renaissance du Rockstore après neuf mois de travaux

Dès lors, le lieu devint un temple protestant, puis une imprimerie, avant d’accueillir, au début du XXe siècle, le premier garage automobile de la ville… En 1927, lui succéderont l’Odéon, un cinéma, et le Grand Odéon, véritable temple du disco. Puis enfin, en 1986, naît le Rockstore, avec cette étonnante Cadillac rouge plantée dans le mur d'entrée.

« Les artistes qui viennent se produire ici sont toujours friands de cette histoire, confie Antoine Winling, co-directeur. Le Rockstore, ce n’est pas un cube posé au milieu d’une zone industrielle. Il y a comme une âme ici. »

Un paquet de stars. Avec un total de 4.000 concerts en 30 ans, le Rockstore a vu défiler sur ses planches des tas de groupes, dont certaines grandes pointures de l’industrie musicale. « Cela paraît incroyable aujourd’hui, mais un groupe comme Radiohead a donné un concert gratuit [en juin 1993] au Rockstore, tandis qu’ils étaient encore très peu connus et Lenny Kravitz a joué [en avril 1990] devant une salle même pas pleine, sourit Stéphane Al Mallak, l’un des papas de la salle. Quand on raconte ça, les plus jeunes ne nous croient pas. Zazie, Mickey 3D ou Bénabar sont également passés ici avant de remplir des Zéniths… »

« J’ai un souvenir dans tous les moindres recoins du Rockstore, assure Roland Ramade, le leader du groupe montpelliérain Regg’Lyss, qui a inondé la France de son Mets de l’huile, en 1993. Il y a quelque chose de particulier ici, une saveur particulière… Ce n’est surtout pas une salle comme les autres. »

Une radio culte. Seuls les plus de 40 ans s’en souviennent… Mais à l’heure où NRJ n’était pas encore la station n°1 dans la capitale héraultaise, une radio régnait sans partage sur les ondes montpelliéraines : Radio Alligator. Créée en 1981, la station, d’abord association fut hébergée au Rockstore pendant de longues années. « C’était une radio avec un esprit rock, au sens large, on passait aussi pas mal de funk, du reggae, du punk ou des trucs plus hards, se souvient Pascal Llop, qui fut l’un des animateurs de Radio Alligator. Le soir, on se lâchait un peu plus, sur des émissions très spécialisées… »

Le livre d’or d’Alligator recèle d’immenses souvenirs, comme ce soir où Lenny Kravitz a joué des disques, pendant une bonne heure, avant son concert… Un véritable succès pour cette radio, qui est allée jusqu’à signer dix animateurs et journalistes, avant de rendre l’antenne définitivement, un soir de 1995. « Salut les blaireaux », ce sera les derniers mots prononcés sur Alligator. Une radio culte qui a été récemment relancée sur le Web.

Une discothèque. Mais le mythe du Rockstore, dont les murs appartiennent à la mairie de Montpellier depuis 2009, ne serait sans doute rien sans sa capacité à se transformer en discothèque ouverte toute la nuit. « Cette salle a le talent de rendre sacrées nos sorties, et nos soirées, souligne l’artiste montpelliérain Dimoné. Se finir, ou se commencer, au Rockstore, c’est toujours noble… J’y ai tant de souvenirs… Certains plus glorieux, d’autres moins. » Un succès qui tient sans doute aussi à l’emplacement privilégié du lieu, à deux pas de la place de la Comédie. Une situation plutôt rare.

Tant d’indices qui tendent à montrer que la boîte avec la Cadillac rouge plantée dans le mur, qui passe la barre des 30 ans, a encore de belles décennies devant elle…