Béziers: Le préfet de l'Hérault met en garde Robert Ménard

MIGRANTS Le conseil municipal devrait voter ce mardi soir l’organisation d’un référendum pour l’accueil des migrants. Le préfet a demandé au maire de Béziers de renoncer à ce projet…

Jerome Diesnis

— 

Robert Ménard.
Robert Ménard. — N. Bonzom / Maxele Presse

Le préfet de l’Hérault, Pierre Pouëssel, a mis en garde Robert Ménard, maire de Béziers proche du FN, avant le conseil municipal de ce mardi soir. A l’ordre du jour figure l’organisation d’une consultation des électeurs au sujet de la possible venue de migrants dans le centre-ville de Béziers. « Je me dois de vous indiquer que si cette délibération venait à être adoptée, je serai conduit à en demander sans délai la censure par le juge administratif par la voie d’un référé-suspension », prévient le représentant de l’Etat.

>> A lire aussi : Affiches anti-migrants à Béziers, le parquet ouvre une enquête

Il y a peu de chance que Robert Ménard retire le texte de l’ordre du jour comme lui enjoint le préfet. « Les Biterrois ont le droit de dire ce qu’ils pensent. Paris ne peut pas toujours tout imposer. Nous avons notre mot à dire », évoque le maire dans le journal municipal consultable sur le site de la ville.

Un coup de pub

Au même moment, à 18h lorsque débutera le conseil municipal, SOS Racisme a lancé un appel au rassemblement citoyen devant la mairie. « Nous appelons les Biterrois à montrer leur attachement à une France ouverte, accueillante, diverse et porteuse de l’idéal d’égalité », évoque l’association.

>> A lire aussi : Après sa campagne d’affichage, Robert Ménard veut lancer une consultation sur les migrants à Béziers

A Allex, dans la Drôme, le référendum que souhaitait mettre en place le maire Gérard Crozier (SE) avait déjà été interdit par le tribunal administratif de Grenoble, fin septembre. « Le maire de Béziers sait parfaitement que pas plus que la “garde biterroise” ou le test ADN sur les chiens, le référendum qu’il veut organiser n’a la moindre chance d’aboutir », soulignent les élus de gauche à la mairie de Béziers dans un communiqué de presse commun, dénonçant un nouveau coup de pub. « Cette consultation est illégale (…) Nous nous y opposerons si elle est présentée au conseil municipal ».