Perpignan: Ils veulent absolument garder leur train de nuit

TRANSPORTS Environ 200 personnes ont manifesté, ce samedi matin, en gare de Perpignan, pour maintenir les liaisons ferroviaires nocturnes avec Paris...

G.D. avec AFP

— 

Illustration du départ d'un train de nuit.
Illustration du départ d'un train de nuit. — J. Mars/SIPA

Des lignesmenacées de suppression. Quelque 200 personnes se sont réunies, samedi matin, en gare de Perpignan pour le maintien du train de nuit, et en particulier le Paris-Cerbère-Portbou. « Le train de nuit, c’est Paris à une heure de Perpignan : une demi-heure pour s’endormir, une demi-heure pour se réveiller ! », selon le collectif « Oui au train de nuit » à l’origine de cette action matinale.

>> A lire aussi : L'Etat se désengage des trains de nuits

Les passagers de ce train-couchettes Intercités, arrivés en gare de Perpignan à 07 h 12, ont été applaudis et se sont vu offrir un petit-déjeuner sur le quai.

Des lignes déjà supprimées

Trois lignes Intercités de nuit ont d’ores et déjà été supprimées : Paris-Albi, Paris-Savoie ainsi que celles reliant Strasbourg et Luxembourg à Nice et Portbou (Espagne). Deux autres lignes, Paris-Irun (Espagne) et Paris-Nice, bénéficient d’un sursis, respectivement jusqu’en juillet et octobre 2017, tandis que l’Etat s’est engagé à maintenir les liaisons Paris-Briançon et Paris-Latour-de-Carol « en raison de l’absence d’une offre alternative suffisante ».

Aucun investisseur privé n’a voulu reprendre en l’état ces lignes délaissées par les voyageurs (-25 % de fréquentation depuis 2011), lourdement déficitaires (environ 100 millions d’euros prévus cette année) et désormais en concurrence avec les « cars Macron ».

Une moindre pollution

« Le maintien de ces lignes va faire l’objet de discussions entre la SNCF, le gouvernement et la Région », a déclaré Agnès Langevine, vice-présidente de la région Occitanie, chargée de la transition écologique et énergétique. « La Région va défendre le maintien de ces lignes dans le cadre des négociations à venir », a-t-elle ajouté à la gare de Perpignan.

« Le gouvernement et la SNCF ne se rendent pas compte de l’importance du maintien de ces lignes », s’est exclamée Claire Brun, une des responsables du collectif. Ces Intercités permettent une optimisation du temps mais aussi une économie d’énergie, une moindre pollution, et une desserte des villes moyennes, avec un impact sur leur économie, selon le collectif.