Montpellier: Voué à accueillir un projet immobilier, le squat des Beaux-Arts évacué

PRECARITE Une quarantaine de CRS ont libéré le terrain privé, jeudi matin, où habitaient une trentaine de personnes depuis plusieurs mois...

Nicolas Bonzom

— 

Un tractopelle achève le travail, jeudi, au squat des Beaux-Arts.
Un tractopelle achève le travail, jeudi, au squat des Beaux-Arts. — N. Bonzom / Maxele Presse

C’est aux alentours de 8h30 que les occupants du squat du Père Prévost, à Montpellier, ont été réveillés, jeudi, par une quarantaine de CRS, spécialement venus de Marseille pour libérer le terrain du quartier des Beaux-Arts sur lequel ils vivaient, illégalement, depuis plusieurs mois : près de 30 personnes, dont une petite fille de 10 ans, auraient été évacuées.

>> A lire aussi : Le Royal transformé en salle de concert par les squatteurs, les riverains en ont plein les oreilles

Un « mini-camping », juste à côté du stade, dont les habitants dénonçaient notamment, sur des draps tendus sur les grilles, la bétonnisation de la zone. Un « potager partagé », installé sur le terrain, avait d’ailleurs les faveurs des riverains qui, quand on les interroge, n’évoquent aucune gêne particulière liée à la présence de ce squat.

Le squat des Beaux-Arts, à Montpellier, ce jeudi.
Le squat des Beaux-Arts, à Montpellier, ce jeudi. - N. Bonzom / Maxele Presse

Un terrain privé

C’est sur une décision de justice que la police est intervenue jeudi matin. Dans la foulée, canapés, abris de fortune, et autres toiles de tentes ont été empilés, tandis qu’un petit tractopelle achevait le travail. Car sur ce terrain privé, cédé à un promoteur immobilier en 2014, doit naître prochainement un projet de résidence.

Du côté des personnes évacuées jeudi, certaines se sont vues proposer et ont accepté des solutions d’hébergement d’urgence. D’autres ex-habitants de ce  squat ont expliqué qu’ils allaient devoir se débrouiller, et pour certains, « dormir dehors ».