Montpellier : Avec Rocco (Siffredi), un festival du cinéma méditerranéen bien monté

CULTURE Le Cinemed, festival du cinéma méditerranéen présidé par l’ex-ministre de la culture Aurélie Filippetti, projette le documentaire sur Rocco Siffredi. La star du X pourrait être présente…

Jerome Diesnis

— 

Rocco Siffredi et Rosa Caracciolo sur le tapis rouge du 73e festival du film de Venise pour la présentation du film "Rocco". / Credit:Simone Comi/IPA/SIPA
Rocco Siffredi et Rosa Caracciolo sur le tapis rouge du 73e festival du film de Venise pour la présentation du film "Rocco". / Credit:Simone Comi/IPA/SIPA — Simone Comi/Venezia 2016/IPA/SIPA

Rien que pour la bise entre Aurélie Filippetti et Rocco Siffredi, on a bien envie d’assister et d’immortaliser ce moment improbable.

Le Cinemed, 38e du nom, a changé d’organigramme – présidence en tête avec l’ancienne ministre de la culture, – et se veut « plus festif », dixit son nouveau directeur Christophe Leparc, plus ouvert. La venue de la star du porno, s’il répond à l’invitation des organisateurs, risque effectivement de bouleverser les habitudes du festival du cinéma méditerranéen, certes reconnu pour la qualité de sa sélection. Mais qui s’adressait surtout à un public cinéphile éclairé, et donc restreint.

Un personnage très attachant

Ce n’est pas Rocco Tano – alias Rocco Siffredi – qui sera en vedette du Cinemed du 21 au 29 octobre, mais le cinéma tunisien. L’acteur y sera pourtant bien à l’affiche, hors compétition, en avant-première. Ou plutôt sa vie (et son œuvre), à travers le documentaire Rocco, de Thierry Demaizière et Alban Teurlai. « Ce film nous a complètement séduits. Au-delà d’une immersion dans le monde du porno, c’est une plongée dans l’univers méditerranéen par définition, évoque Christophe Leparc. L’image de la mère, la culpabilité judéo-chrétienne, les rapports avec son frère, le petit raté, ses angoisses. C’est la découverte d’un personnage très attachant et terriblement méditerranéen… »

>> A lire aussi : Montpellier: Aurélie Filippetti devient la présidente de Cinémed

Un choix cinématographique, avant tout. Mais un petit côté sulfureux qui n’est pas pour déplaire à Philippe Saurel, le maire (DVG) de Montpellier, à l’origine du grand chambardement en coulisse