Hérault: Un millier de personnes ont dit adieu à Jérémy, ce «héros» qui rêvait d'être pompier

HOMMAGE Blessé à Gabian le 10 août, le jeune homme de 24 ans est décédé des suites de ses graves brûlures...

Nicolas Bonzom

— 

Le cercueil de Jérémy, à Saint-Jean-de-Cuculles.
Le cercueil de Jérémy, à Saint-Jean-de-Cuculles. — N. Bonzom / Maxele Presse

Il régnait un calme assourdissant ce mercredi matin, dans les rues de Saint-Jean-de-Cuculles, dans l’Hérault. C’est dans ce petit village de quelque 480 âmes, niché au pied du Pic Saint-Loup, qu’une foule d’anonymes et de sapeurs-pompiers ont salué la mémoire de Jérémy, mort le 21 septembre, des suites de ses blessures.

>> A lire aussi : Incendie près de Béziers : «On a dû sauter dans le feu», raconte un pompier

Le jeune casqué, qui avait rejoint la caserne de Saint-Mathieu-de-Tréviers en tant que sapeur-pompier professionnel au début de l’été, avait été grièvement brûlé, le 10 août dernier, lors d’un violent incendie à Gabian, qui a ravagé plus de 230 hectares.

L'hommage à Jérémy a rassemblé près d'un millier de personnes.
L'hommage à Jérémy a rassemblé près d'un millier de personnes. - N. Bonzom / Maxele Presse

« Un super gars »

Au son du compositeur electro Petit Biscuit, le cortège a rejoint l’étroite église du village, tandis que près d’un millier de personnes se recueillaient à l’extérieur. Difficile pour de nombreux anonymes, face au destin tragique de ce jeune sergent de 24 ans, retrouvé grièvement blessé « au pied de son camion », de retenir leurs larmes.

Dans la foule, ceux qui sont parvenus à trouver les mots évoquent un homme « plein de courage », « dynamique », « un super gars ». Le lieutenant-colonel héraultais Gilbert Arnal se souviendra d’un « garçon poli, discret et courtois, d’un regard profond, d’un sourire ravageur », qui incarnait « les valeurs d’honneur et de dévouement. Un homme qui aimait « partager des plaisirs simples », comme un « barbecue, entre amis ».

Jérémy, le sapeur-pompier héraultais mort le 21 septembre.
Jérémy, le sapeur-pompier héraultais mort le 21 septembre. - D.R.

« Une joie de vivre qui irriguait l’ensemble de ses collègues »

C’est à l’âge de 13 ans que Jérémy a touché pour la première fois du doigt ce métier de pompier, dont il avait rêvé. « C’était un élève appliqué, brillant et malicieux », raconte Gilbert Arnal, « avec une tenue toujours impeccable ». Pompier volontaire à 17 ans, c’est le 1er juillet de cette année qu’il intégrera les rangs de Saint-Mathieu-de-Tréviers en tant que professionnel. Un mois après, le feu le blessera grièvement, au nord de Béziers.

>> A lire aussi : Hérault : Il n’y avait ni le préfet, ni le directeur des pompiers aux obsèques de Jérémy

« Il a voulu intensément, passionnément devenir sapeur-pompier, confie le colonel Eric Faure, président de la fédération nationale des sapeur-pompiers de France. Il avait une joie de vivre, qui irriguait l’ensemble de ses collègues. »

Près d'un millier de personnes ont salué la mémoire de Jérémy.
Près d'un millier de personnes ont salué la mémoire de Jérémy. - N. Bonzom / Maxele Presse

Un « héros »

David, l’un des trois autres pompiers blessés à Gabian, était présent ce mercredi matin, très ému lui aussi. Il est en rééducation depuis quelques jours. Ses deux collègues, Lucas et David, sont eux, toujours hospitalisés au CHU de Montpellier.

« Tu as changé ma vie, a témoigné, la voix tremblante, une proche du disparu, dans l’Église, lors de la cérémonie religieuse. Un battant, une machine. Mon héros. » Un héros, aussi, pour de nombreux jeunes pompiers, qui ont assisté à la douloureuse cérémonie, au garde-à-vous. Et les larmes aux yeux.