Béziers: La police des polices saisie après la mort d'un homme suite à son interpellation

FAITS DIVERS D’après les premiers éléments de l’enquête, la mort serait « d’origine naturelle »…

Nicolas Bonzom

— 

Police nationale - Illustration
Police nationale - Illustration — GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP

L’Inspection générale de la police nationale (IGPN) a été saisie d’une enquête ce jeudi, après le décès d’un homme de 43 ans, mort après son interpellation, dans une rue de Béziers (Hérault). Selon les premiers éléments de l’enquête, la mort serait « d’origine naturelle ».

Ce jeudi matin, ce sont des habitants qui ont appelé la police pour signaler cet individu, déambulant en caleçon et cassant des rétroviseurs.

Du gaz lacrymogène

Les membres d’un équipage de la Bac (Brigade anticriminalité), rejoints par des collègues, puis par des policiers municipaux, ont peiné à maîtriser cet homme, à la stature très imposante. Ils l’auraient finalement aspergé de gaz lacrymogène, puis menotté avant de le coucher au sol, en position de sécurité.

C’est un peu plus tard que l’homme aura été victime d’un malaise, après que les menottes lui ont été retirées, une fois calmé. Intervenus sur place, les pompiers n’ont pas pu le sauver.

« L’hypothèse d’une mort d’origine naturelle »

« Les premiers éléments de l’enquête, ainsi que les résultats provisoires de l’autopsie (…) conduisent, sous réserve des résultats de diverses analyses complémentaires, à retenir l’hypothèse d’une mort d’origine naturelle lors de l’interpellation de cet individu, en raison son état de santé préexistant », a déclaré dans un communiqué le parquet.

« Une information pour recherche des causes de la mort sera ouverte, afin de déterminer les circonstances précises du décès », a par ailleurs précisé le procureur de la République de Béziers Yvon Calvet dans ce communiqué.