Montpellier: Vingt ans après, revoilà le projet de Contournement ouest de la ville

CIRCULATION Alors que démarre la concertation publique cette semaine, le ministère des Transports n’a pas retenu le projet comme prioritaire, contrairement au souhait des élus…

Nicolas Bonzom
— 
Le rond-point du Rieucoulon, à Saint-Jean-de-Védas.
Le rond-point du Rieucoulon, à Saint-Jean-de-Védas. — N. Bonzom / Maxele Presse

C’est un vieux serpent de mer qui refait surface : cette semaine a débuté la concertation publique sur la faisabilité du Contournement ouest de .

Un projet attendu depuis plus d’une vingtaine d’années, qui est destiné à désengorger le trafic routier à l’ouest de la métropole, totalement saturé : de l’échangeur de la Mosson au rond-point du Rieucoulon, à Saint-Jean-de-Védas, quelque 19.000 à 25.000 véhicules circulent tous les jours. Jusqu’au Mas de Grille, le trafic double quasiment, selon, avec environ 37.000 usagers quotidiens.

Dans le plan Etat-Région

Prévu dans le plan Etat-Région 2015-2025, le Contournement ouest permettrait notamment de relier les autoroutes A750 et A9 (qui deviendra l’A709, à la fin du chantier de doublement).

Encore faut-il que le projet se fasse un jour. Car le ministère des Transports ne l’a pas déclaré comme « prioritaire ». , le ministre, lui a préféré la déviation de la RN 113, au nord-est de Montpellier, elle aussi complètement saturée.

Un « projet vital »

Un choix qui a fait bondir, ce mardi, Philippe Saurel (divers gauche), maire et président de la métropole. « La RN 113, c’est très bien. Mais le projet vital, pour le territoire, c’est le Contournement ouest de Montpellier, note-t-il. Il est fondamental pour favoriser le désengorgement, et limiter les pollutions. (…) Je ne veux pas que le gouvernement traite le dossier comme il a traité la ligne à grande vitesse Montpellier-Perpignan. »


Carole Delga (PS) s’est également prononcée via un communiqué en faveur de ce projet, qu’elle considère elle aussi comme étant « prioritaire ». S’il se fait, le coût du chantier est estimé à 230 millions d’euros.

En attendant, chacun est invité à donner son avis, à travers trois réunions publiques prévues dans les prochains jours : à Saint-Jean-de-Védas (salle des Granges), le 27 septembre, à 18h30, à Juvignac (salle des mariages de la mairie), le 4 octobre, à 18h30, et à Montpellier (salle Pelloutier), le 13 octobre, à 18h30.