Montpellier: Le maire réquisitionne les agents municipaux grévistes

SOCIETE Les grèves perlées, qui s’ajoutent aux grèves nationales, extrêmement difficiles à anticiper pour l’administration et les parents, sont dans le collimateur de Philippe Saurel (DVG)...

Jerome Diesnis

— 

Illustration sur l'alimentation et les repas dans les cantines.
Illustration sur l'alimentation et les repas dans les cantines. — P.MAGNIEN / 20 MINUTES

Les premiers arrêtés de désignation sont tombés la semaine dernière dans les boîtes mails des agents de la ville de Montpellier. Alors qu’une partie d’entre eux sont en grève pour dénoncer le manque de personnels, de moyens et une organisation de travail déficiente, les agents de cantine sont réquisitionnés nommément pour le service depuis vendredi.

Chez les syndicats, c’est le branle-bas de combat. « Il y a de fortes chances que l’on attaque ces arrêtés de désignation devant le tribunal administratif. On étudie leur valeur juridique. Le maire nous parle d’un danger pour la sécurité des enfants que l’on ne comprend pas », expliquait-on jeudi à la CGT.

L'an passé, des élus de sa majorité réquisitionnés pour mettre fin à la grève

La réponse n’a pas tardé. Vendredi, dans un communiqué commun, les cinq syndicats (CFDT, CGT, FO, Sud, Unsa) annonçaient leur intention d’introduire un recours en référé auprès du tribunal administratif.

Dans le viseur de Philippe Saurel, les grèves perlées « très difficiles à anticiper pour l’administration. Nous sommes attentifs et nous comprenons les mots d’ordre nationaux. Mais pour les autres, nous signons des arrêts qui mettent le personnel en devoir d’assurer le service public ». L’an passé, pour contrer une grève des personnels d’animation, l’édile avait réquisitionné les élus de sa majorité pour mettre fin à la grève.

« Des parents ont perdu leur travail »

« Au-delà de la réponse juridique auquel il s’expose, le maire s’attaque au droit de grève. Il ne peut pas faire ce qu’il veut », peste Cécile Jourdan, secrétaire générale de Force Ouvrière. Mais Philippe Saurel n’en démord pas. « Je ne laisserai pas les parents dans la panade. Je prends mes responsabilités. L’an dernier, des familles ont perdu leur travail avec ces grèves… »

Des collectifs de parents s’étaient également levés afin de manifester leur mécontentement, s’estimant pris en otage par ce conflit. En revanche, les arrêtés de désignation ne concernent pas les mouvements de grève nationaux. Ce lundi, de très nombreuses cantines sont encore fermées à Montpellier, tout comme les accueils du soir, du matin et les TAP (temps d'activités périscolaires).