Ligue 1: Younes Belhanda à Montpellier, le retour du fils prodigue

FOOTBALL L’international marocain a passé neuf ans à Montpellier, son club formateur. Il revient pour la première fois sur la pelouse de la Mosson où il fut sacré roi de France en 2012…

Jérôme Diesnis

— 

Montpellier, à droite, sous le maillot de Montpellier le 15 janvier 2011, au stade de la Mosson.
Montpellier, à droite, sous le maillot de Montpellier le 15 janvier 2011, au stade de la Mosson. — AFP

Le revoir à Montpellier va rappeler des souvenirs. Des bons et des grands souvenirs. Younes Belhanda restera à jamais comme l’un des plus beaux enfants du MHSC. Ce club où il est arrivé à 14 ans, « déjà habile ballon au pied, mais frêle comme une crevette », se souvenait, il y a quelques saisons lors de son éclosion, celui qui l’avait découvert à la MJC Avignon, Michel Fouché. Belhanda ne quittera Montpellier qu’à l’âge de 23 ans, à l’issue d’une saison 2012-2013 frustrante.

Younes est de retour, ce dimanche, avec Nice. Avant lui, les Rémy Cabella, Benjamin Stambouli, Olivier Giroud sont revenus fouler cette Mosson qui les a vus devenir rois de France en 2 012. Pour lui, c’est une première sous un autre maillot. Mais même à Kiev ou Gelsenkirchen (à Schalke 04), l’enfant de Fournès, dans le Gard, n’a jamais oublié sa région, ses proches, ses potes et bien sûr sa famille.

Les saltos de Bruce Lee

Des gens simples pour lesquels il a un vibrant respect. « Quand je vois mes parents, je me dis qu’on est des fainéants. Ce que je fais, ce sont des vacances par rapport à eux », nous disait-il avant de partir à l’autre bout de l’Europe, sortir du cocon et se confronter à un autre football. Une expérience en demi-teinte. Roi à Montpellier, l’international marocain erre sans sceptre depuis.

S’il marque ce dimanche, pas sûr qu’il exécute son fameux salto, celui mille fois répété sur les murs de la maison familiale, à tenter d’imiter Bruce Lee dont il dévorait les films, petit. Montpellier est un souvenir trop précieux à ses yeux pour risquer de le fissurer par un geste maladroit.