Béziers: Entre relations sexuelles entre juge et avocat et acquittement, la famille est écœurée

JUSTICE La famille de Julien Portale appelle au rassemblement, après un procès marqué de rebondissements où le prévenu accusé du meurtre à la feria de Béziers a été acquitté…

Jérôme Diesnis

— 

L'avocat Franck Berton,.
L'avocat Franck Berton,. — P. HUGUEN

Après la stupeur et l’indignation, la colère. Les proches de Julien Portale appellent à un rassemblement ce dimanche (17h), devant la plaque commémorative du drame, avenue Camille Saint-Saëns. L’aide-soignant a été assassiné à Béziers le 11 août 2012, lors de la féria parce qu’il s’était approché d’une moto stationnée pour un selfie. Seule personne poursuivie dans ce dossier, Morgan Blouet a été acquitté vendredi par la Cour d’assises de l’Hérault.

« Un dossier ni fait ni à faire »

Le procès à rebondissements a mis au jour la liaison sexuelle entre le juge ayant instruit le dossier et l’avocat d’un autre témoin initialement poursuivi dans cette affaire avant de bénéficier d’un non-lieu. Les avocats de Morgan Blouet, qui ont révélé cette liaison, ont réussi à insinuer le doute dans l’esprit des jurés qui ont estimé ne pas pouvoir connaître avec certitude l’auteur du coup de pied mortel, relevant les failles de l’instruction.

« C’est une victoire de la justice dans un dossier qui n'était ni fait ni à faire… », savoure Franck Berton, l’un des avocats de la défense. « J’ai un mot pour les parties civiles parce que cet homme est mort et il n’y a pas de coupable mais j’ai envie de dire il n’y a pas de coupable parce qu’on n’a pas cherché ».

La famille de Julien Portale se dit sous le choc. « A la suite de ce verdict tellement difficile pour nous, nous souhaitons réunir la famille, les amis, les proches ainsi que toutes les personnes qui peuvent être touchées de près ou de loin par cette décision qui déshonore la disparition de Julien, expliquent les membres de la famille dans un communiqué. Il n’est pas mort de mort naturelle mais bel et bien à cause de coups injustes qui sont aujourd’hui impunis. »