Montpellier: le mercato qui fait flipper

FOOTBALL Onze départs, trois arrivées... Le mercato de Montpellier est loin d'être rassurant, alors que la priorité du club a été d'assainir les comptes...

Jerome Diesnis

— 

Bye bye Bryan Dabo... Parti à Saint-Etienne, il est l'un des onze joueurs qui ont quitté le club à l'intersaison.
Bye bye Bryan Dabo... Parti à Saint-Etienne, il est l'un des onze joueurs qui ont quitté le club à l'intersaison. — AFP

Trouver un seul supporter satisfait du mercato de Montpellier, c’est aussi rare qu’un débordement sur l’aile d’un joueur du MHSC cette saison. Le mercato du club de Louis Nicollin fait peur. A nous, aux supporters, à tout le monde sauf peut-être aux équipes adverses…

On fait les comptes : il y a onze départs. Dans le lot, presque tous les boulets que le club cherchait à refourguer : Djamel Bakar, Sébastien Wüthrich et Jean Deza. Ça, c’est le bon côté de l’été. D’autres encore, qui n’ont laissé de trace de leur passage : Florian Sotoca, Quentin Cornette, Anthony Ribelin, Mustapha Yatabaré. Mais il y a aussi Ramy Bensebaini, Bryan Dabo, Jonas Martin et Jamel Saihi. Et voir partir le champion de France, l’enfant du pays, ça fait un peu plus mal par où ça passe…

Et côté arrivée ? Quasiment le néant… Une valeur sûre, le Rennais et capitaine du Mali Yacouba Sylla. Une inconnue Anthony Vanden Borre, ancien Diable rouge placardisé en réserve à Anderlecht pour des problèmes de comportement. Et le jeune Killian Sanson.

Vente : 6,5 millions d’euros. Achat : 0 zéro

Montpellier avait besoin d’argent : il a vendu pour environ 6,5 millions d’euros, dégraissé sa masse salariale et récupéré des joueurs en prêt sans sortir un euro de la poche. Les comptes vont un peu mieux, mais question ambition, tout le monde reste sur sa faim.

Alors, c’est vrai. Un club formateur comme Montpellier a vocation à vendre ses meilleurs éléments une fois à maturité. Mais aussi à flairer les bons coups. L’avenir dira si le peu de recrues étaient de cette trempe. Outre « le poste de latéral droit », Frédéric Hantz voulait « un joueur de couloir et éventuellement un attaquant ». Il les attend toujours…