Montpellier: Des distributeurs de jus d’orange frais débarquent en ville

START-UP Le concept a été importé de Chine par Jonathan et Jérémy, deux frères entrepreneurs de 26 et 24 ans…

Nicolas Bonzom

— 

Jonathan et Jérémy, devant leur distributeur de jus d'orange.
Jonathan et Jérémy, devant leur distributeur de jus d'orange. — N. Bonzom / Maxele Presse

Voilà plusieurs semaines que de drôles de distributeurs ont fait leur apparition à Montpellier… Pour moins de 2 euros, la machine presse devant vous un jus d’orange frais 100 % naturel, sans sucre et sans ajout d’eau supplémentaire. Et dans des gobelets entièrement recyclables, s’il vous plaît. Pour les curieux, une grande vitre frontale permet de suivre en direct tout le processus de pressage des oranges.

Un concept découvert près de Shanghaï

Un concept importé de Chine par deux frères, Jonathan, 26 ans et Jérémy, 24 ans. Ensemble, ils ont créé leur start-up, La petite orange. « C’est près de Shanghai, en flânant dans des petites rues, que nous avons repéré ce type de distributeurs, très prisés par les Chinois, raconte Jonathan. Or en France, c’est encore très peu répandu… On a décidé de se lancer, et d’emporter le concept dans nos bagages ! »

Quatre machines ont déjà été implantées dans la capitale languedocienne : à la salle de sport Vit’Halles (à la piscine Antigone), au centre Val d’Aurelle (à Euromédecine), à la clinique Maguelone et chez Ubisoft. Et ce n’est que le début de l’aventure.

Histoire de changer des sodas…

« Notre cible privilégiée, ce sont les entreprises, désireuses de prendre soin du bien-être de leurs salariés, confie Jonathan. L’idée, c’est de rompre avec les distributeurs classiques de sodas et de proposer un produit entièrement naturel. »

Du côté de la provenance des fruits, les frères jouent la transparence… Les pays d’où sont importées les oranges sont indiqués, à chaque recharge, sur un petit écriteau : de février à août, elles proviendront de l’hémisphère Nord (Malte, Sicile, Espagne ou Maroc), puis de septembre à janvier, du Sud (Argentine ou Afrique du Sud).

Et les deux entrepreneurs ne comptent pas s’arrêter là : ils songent déjà à mettre sur pied d’autres machines, capables d’élaborer des jus d’autres fruits.