Béziers: Il sort son fusil pour combattre… un ennemi invisible

JUSTICE L’homme était persuadé que sa femme communiquait avec son amant à travers la fenêtre. Il était parti à sa recherche, fusil à la main, dans les rues de Valras…

Jerome Diesnis

— 

Gendarmerie (illustration)
Gendarmerie (illustration) — Elisa Frisullo / 20 Minutes

Début juillet, les gendarmes avaient arrêté un homme en train de déambuler dans les rues de Valras-Plage, une station balnéaire de l’Hérault proche de Béziers, fusil à la main. Persuadé que sa femme discutait avec son amant à travers la fenêtre, il était sorti de chez lui avec la ferme intention d’en découdre avec cet ennemi imaginaire et notamment pointé son arme vers une voiture. Les voisins interrogés par la maréchaussée s’étaient fait l’écho de propos incohérents…

Pénalement irresponsable

Devant le tribunal correctionnel de Béziers, cet ancien toxicomane a expliqué avoir été sujet à des hallucinations. « Depuis cinq jours, je ne dormais pas, à cause de mon traitement », de la méthadone, un médicament de substitution à l’héroïne.

Le tribunal l’a jugé pénalement irresponsable pour cet accès de folie. Il a en revanche écopé de six mois de prison pour possession d’arme, sans mandat de dépôt. Son fusil lui a été confisqué et il ne pourra détenir d’arme à feu pendant cinq ans.