Affaire «Casti»: Le tir de flash-ball qui a blessé le supporter du MHSC aurait eu lieu avant la bagarre

JUSTICE Le 21 septembre 2012, un jeune homme perdait l’usage de son œil en marge d’un match de football entre Montpellier et Saint-Etienne. De nouveaux rebondissements viennent relancer l’enquête…

Nicolas Bonzom

— 

Illustration: Justice, loi.
Illustration: Justice, loi. — Patrick Semansky/AP/SIPA

L’affaire « Casti » est encore dans toutes les mémoires, et il n’y a pas un match de la Paillade sans que les supporters réclament « Justice pour Casti ».

C’était le 21 septembre 2012 : en marge d’un match de football entre le MHSC et Saint-Etienne, un supporter montpelliérain, « Casti », âgé de 21 ans, perdait un œil suite au tir de flash-ball d’un policier. L’année suivante, un rapport blanchissait l’agent de police, en parlant de « légitime défense ».

Le policier dit ne pas être l’auteur du tir

Mais l’affaire rebondit encore. Plus de deux ans après le non-lieu prononcé par la justice et quatre ans après les faits, le visionnage des enregistrements de la vidéosurveillance par la défense du supporter prouverait que le tir de flash-ball aurait eu lieu avant la bagarre, comme le déclare la victime, et non pendant, souligne France 3. Ce qui met la défense du policier sérieusement en péril.

Autre rebondissement, indique le site de la chaîne, à la fin de l’audition dans le bureau du juge, ce mardi matin, au palais de justice de Montpellier, le policier supposé avoir tiré le coup de flash-ball a finalement déclaré qu’il n’en était pas l’auteur.

Du nouveau dans l’enquête qui risque de pousser la défense du supporter du MHSC à demander une requalification des faits.