Top 14: Leçon de français à Montpellier: «Je n’aime pas les journalistes»

RUGBY En guise de cours de français, les joueurs étrangers du MHR semblent également formatés pour entretenir un réel sentiment d’inimité avec les journalistes…

Jerome Diesnis

— 

Demi-finaliste du Top 14 de rugby la saison dernière. Montpellier a débuté la saison par deux défaites contre Toulouse et Clermont.
Demi-finaliste du Top 14 de rugby la saison dernière. Montpellier a débuté la saison par deux défaites contre Toulouse et Clermont. — Sipa

Vraie provocation ou grosse gaffe ? Les journalistes ne sont visiblement pas vraiment en odeur de sainteté du côté du Montpellier Hérault Rugby. Dans la salle de presse, deux phrases écrites sur le tableau blanc ont accueilli les suiveurs du club lors de la réception de Clermont, dimanche (22-26). Parmi d’autres phrases, « Je n’aime pas (beaucoup rajouté au crayon rouge) les journalistes », suivi de « Je trouve que les journalistes faussent la réalité ». L’image a été immortalisée par Julien Landry, journaliste pour RMC Sport à Montpellier.

Quand elle n’accueille pas les rédacteurs, journalistes reporters d’image et photographes les jours de match, la salle de presse est utilisée en semaine comme salle de cours pour permettre aux très nombreux joueurs étrangers (27 dans le groupe professionnel), d’apprendre le français. La leçon concernait en l’occurrence l’utilisation des adverbes. Le choix des phrases a de quoi laisser perplexe…

Jake White s’estime incompris

On n’y apprend visiblement pas seulement à manier la langue de Molière. Depuis sa prise de fonction il y a un an et demi, l’entraîneur Jake White s’est régulièrement plaint d’être incompris par les médias et consultants, qui ont pu lui reprocher une approche très défensive voire restrictive du rugby. « Mon style de jeu est fantastique. Les seuls qui ne l’aiment pas, ce sont les médias », répondait-il aux critiques la saison dernière.