VIDÉO. Pyrénées-Orientales : Un groupe catalan dénonce en musique le choix du nom «Occitanie»

WEB Les Al Chemist, comme de nombreux militants et habitants du département, refusent la dénomination choisie par le conseil régional…

Nicolas Bonzom

— 

Le groupe Al Chemist.
Le groupe Al Chemist. — Capture d'écran Facebook

Décidément, la lutte pour la reconnaissance de l’identité catalane prend toutes les formes. Après le youtubeur catalan Flodama, fâché tout rouge contre le choix du nom « Occitanie » pour baptiser la grande région, et François Calvet (LR), maire du Soler, commune des Pyrénées-Orientales, qui a fait poser des panneaux « Pays catalan » dans sa ville, voilà qu’un groupe vient de publier un morceau anti-Occitanie.

>> A lire aussi : Un youtubeur catalan dénonce avec humour le choix du nom Occitanie

Tournée dans un camion avec des téléphones portables, la chanson Occexit des Al Chemist veut dire « non » au nouveau nom, sous-titré Pyrénées-Méditerranée, qui doit encore être validé par le Conseil d’Etat. La vidéo a été vue plus de 183.000 fois en moins de deux jours.

« Que chacun garde son nom »

« A l’heure où l’on parle de fierté et de valeurs, force est de constater qu’on compte pour du beurre. On n’est pas Occitans, on est Catalans ! On ne va pas changer d’accent et la couleur de notre sang (…) Que chacun garde son nom, pour la paix des ménages. Dire à un Perpignanais qu’il est Toulousain, c’est au moins aussi crétin de dire à un Basque qu’il est Lorrain », chante le groupe, mené par Hugues Di Francesco et Alain Casenova.

>> A lire aussi : Mécontent du choix «Occitanie», un maire pose des panneaux «Pays catalan»

« Ce n’est pas normal, en ayant mille ans d’histoire, de se faire appeler Occitanie, note le chanteur Hugues Di Francesco àLa Semaine du Roussillon. Si on ne garde pas le nom catalan, dans trente ans ou cinquante ans on ne pourra pas l’expliquer aux gens, à nos enfants. (…) On ne peut pas nous appeler « Occitanie » comme ça, ça me fout les boules, c’est viscéral. »

Depuis plusieurs semaines, la colère de nombreux habitants et de militants de la cause catalane grandit. Plus qu’un nom, certains veulent désormais que la France accorde un statut particulier aux Pyrénées-Orientales, comme celui dont bénéficie la Corse.