Sécheresse en Languedoc-Roussillon : Tous les voyants sont au rouge

METEO Les départements du Gard, de l'Aude, des Pyrénées-Orientales et de l'Hérault sont touchés. Et, pour l'instant, aucun épisode pluvieux remarquable n'est attendu...

Nicolas Bonzom

— 

Les effets de la sécheresse en France, à Saint-Andre-de-Corcy, au mois d'août 2015.
Les effets de la sécheresse en France, à Saint-Andre-de-Corcy, au mois d'août 2015. — KONRAD K./SIPA

Les très fortes chaleurs qui sévissent sur le Languedoc-Roussillon font craindre un été de sécheresse. Depuis plusieurs semaines, les appels à la vigilance et les restrictions d'eau se multiplient, particulièrement dans le Sud de la France.

En Languedoc-Roussillon, les départements de l'Hérault, le Gard, l'Aude et les Pyrénées-Orientales sont tous touchés de plein fouet par une baisse, plus ou moins significative, des ressources en eau. 20 Minutes fait le point.

Une alerte dans le Gard

C'est dans le Gard, placé en vigilance, que la situation semble, pour l'instant, la plus inquiétante. La période de forte chaleur qui persiste actuellement sur le département (jusqu'à 36°C ce vendredi à Nîmes) entraîne l'aggravation des déficits déjà observés sur le bassin du Vistre et sur les nappes de la Vistrenque et des Costières, et les débits des autres cours d’eau sont en forte baisse.

>> A lire aussi : Gard : Face à la sécheresse, des restrictions d'eau imposées par la préfecture

Dans certains coins du département, une alerte de niveau 1 (le plus bas) a été mise en place, et des mesures de restriction de l'usage de l'eau sont en cours.

Dans l'Aude et les Pyrénées-Orientales aussi

Dans l'Aude aussi, la préfecture a demandé aux habitants d'ouvrir le robinet avec parcimonie, particulièrement sur les communes situées dans le secteur de l’Orbieu, de la nappe plioquaternaire du Roussillon et sur le secteur des affluents de l’Aude aval, la Berre et du Rieu. Le fleuve Aude, lui, a été placé en vigilance.

Arrosage des pelouses en journée, lavage des voitures en dehors des stations et remplissage des piscines sont également prohibés dans 22 communes des Pyrénées-Orientales, dont Perpignan. En cause, les nappes phréatiques de la plaine du Roussillon, « à un niveau historiquement bas », confie la préfecture. Dans le Nord du département, la situation est particulièrement sensible sur la côte et la zone Agly‐Salanque.

L'Ouest de l'Hérault a manqué de pluie

Enfin, dans l'Hérault, si la situation est « moins préoccupante », confie-t-on du côté de la préfecture, « il convient de rester vigilant » : « Globalement les cumuls pluviométriques du printemps permettent de maintenir une situation normale sur les ressources en eau pour la saison.

Cependant, les pluies ont été beaucoup moins importantes sur l’ouest du département. » Le secteur de basse vallée de l’Aude, de Cruzy à Vendres a donc été placé en vigilance sécheresse.

Et s'il ne pleuvait pas de l'été ?

« Pour l'instant, on ne peut pas encore parler d'un phénomène de sécheresse particulièrement exceptionnel, indique Roland Mazurie, chef du centre Météo France à Montpellier. En revanche, maintenant, s'il ne pleut ni en juillet, ni en août, oui, la situation sera certainement critique mi-août. Mais nous n'en sommes pas encore là. »

Et il est bien là le problème. Pour l'instant, les chaleurs persistent, et aucun épisode pluvieux marquant, qui pourrait recharger les nappes, n'est réellement prévu. « Il y aura sûrement un petit phénomène orageux mardi, mais ce sera uniquement sur les zones montagneuses », reprend Roland Mazurie.

Les vignerons inquiets

Face à cette situation, dans la région, où la viticulture est l'une des secteurs forts de l'agriculture, les vignerons commencent à craindre pour leur saison. « Nous avons, pour l'instant, des retours de vignerons qui nous font effectivement remarquer que les nappes sont à un niveau très bas », explique Delphine Verdaguer, technicienne à la Fédération des vignerons indépendants du Roussillon.

« Pour l'instant, il n'y a pas d'impact sur la végétation, mais si les chaleurs continuent, cela risque d'être dur de vendanger une jolie récolte, craint Delphine Verdaguer. Quand il y a du stress lié au manque d'eau, la maturité de la vigne se bloque. Et si les cépages n'ont pas la maturité souhaitée, cela risque de donner des produits déséquilibrés. » Dans les vignes, on n'espère qu'une chose : qu'il pleuve. Au moins un peu.