Nîmes: Le gang des perceurs de coffres forts Kosovars n'agira plus

faits divers Une enquête à dimension européenne a permis de démanteler un gang familial kosovar de neuf perceurs présumés de coffres-forts, qui sévissait dans le sud de la France…

C.D.

— 

Franck LODI/SIPA

Ils agissaient en famille selon un « mode opératoire quasi-militaire » et s’en prenaient aux coffres-forts de commerces dans le sud de la France. Le butin de chaque vol dépassait rarement 9.000 euros, mais le préjudice total atteindrait selon les enquêteurs « plusieurs centaines de milliers d’euros ».

Le gang familial, composé d’une dizaine d’hommes âgés en moyenne de 30 à 50 ans, se signalait par l’étendue des dégâts occasionnés lors des cambriolages : murs et coffres éventrés, mais aussi par leur capacité à neutraliser les systèmes d’alarme et l’absence de traces laissées après les forfaits. Seul un ADN a été retrouvé et a notamment été identifié grâce à une coopération avec la Croatie.

Arrêtés sur l’A9

Saluant une enquête « tout à fait exceptionnelle, à dimension européenne », menée en collaboration avec l’Office central de lutte contre la délinquance itinérante (OCLDI), la procureure de Nîmes Laure Beccuau est revenue jeudi sur cette enquête de plusieurs mois qui a abouti à l’arrestation le week-end dernier sur l’A9 de neuf perceurs présumés de coffres-forts.

>> A lire aussi : Le «gang des disqueuses», qui s'attaquait aux coffres-forts des supermarchés, a été arrêté

Six de ces hommes originaires du Kosovo - certains ont sans doute combattu dans les rangs de l’UCK, l’Armée de libération du Kosovo - ont été déférés, mis en examen et écroués mercredi pour « vols en bande organisée », « tentatives de vols » et « association de malfaiteurs ». Trois autres hommes sont en cours de déferrement jeudi. Le 10e individu soupçonné d’appartenir à ce gang est actuellement incarcéré en Autriche, pour un vol commis dans un pays tiers.

Une trentaine de cambriolages

Leur fait d’armes signant le démarrage de l’enquête date du mois de janvier dans le Gard, après des vols commis dans deux Intermarché. Ces cambriolages avaient ensuite été rapprochés de cambriolages similaires signalés dans l’Hérault depuis novembre 2015.

L’enquête dénombre au total une trentaine de faits commis dans des commerces dans le Gard, l’Hérault, l’Aude, les Pyrénées-Orientales, l’Ariège, les Bouches-du-Rhône, le Tarn, l’Isère et le Vaucluse, la majorité des suspects résidant à Avignon.

Les neuf suspects « minimisent leur participation », a indiqué la procureure de Nîmes Laure Beccuau lors du point presse. « Pour le moment on a beaucoup de guetteurs et peu de perceurs », a de son côté souligné le lieutenant-colonel François Devigny, commandant la section de recherches de Nîmes.