Abattoirs : La préfecture de l'Hérault dénonce une «vision déformée» et assure que ces pratiques n'ont plus lieu

MALTRAITANCES Ce mercredi matin, une vidéo de l’association L214 dénonçait des actes de cruauté à l’abattoir de Pézenas, mais aussi dans sur un autre site, dans les Alpes-Maritimes…

Nicolas Bonzom
— 
L'association L214 a révélé ce mercredi une vidéo enregistrée notamment à l'abattoir du Mercantour
L'association L214 a révélé ce mercredi une vidéo enregistrée notamment à l'abattoir du Mercantour — L214

Après la publication ce mercredi par l’association L214 d’une vidéo présentant d’insoutenables maltraitances à l’abattoir de Pézenas (Hérault), la préfecture a réagi, en fin d’après-midi, expliquant que ce type de pratique n’avait plus lieu.

>> A lire aussi : L'association L214 pointe du doigt deux nouveaux abattoirs dans le Sud de la France

Selon un communiqué, « la sélection des images opérée par l’association L.214 offre une vision globalement déformée et périmée des pratiques d’abattage à Pézenas ».

Des vidéos « obsolètes »

« La plupart des vidéos sont obsolètes, assure la préfecture. Le matériel présenté n’est plus utilisé ou a été adapté, les pratiques ont été améliorées et certains opérateurs ne manipulent plus d’animaux vivants depuis plusieurs mois. »

>> A lire aussi : Scandale des abattoirs : «Les images diffusées témoignent de gestes intolérables»

« Depuis le début de l’année, et sans attendre l’action de l’association L214, la direction départementale de la protection des populations […] a réalisé huit contrôles de protection animale, huit contrôles spécifiques à l’abattage rituel et a imposé des mesures correctives, rapidement mises en œuvre par le responsable de l’abattoir et vérifiées par les services d’inspection. »

Toujours selon la préfecture, le directeur de l’abattoir mènerait « une démarche d’amélioration continue des pratiques, dans l’intérêt des animaux, des consommateurs et des éleveurs », notant que le stress et la maltraitance « ont des conséquences notables sur la qualité organoleptique des viandes et entraînent une dépréciation commerciale ».