Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées: A quoi vont servir les 200.000 votes pour le futur nom?

CITOYENNETE Le décompte est en cours et sera effectué par deux huissiers. Occitanie serait en tête. Les élus se prononceront le 24 juin. Et c'est le Conseil d'Etat qui aura le dernier mot...

Jerome Diesnis

— 

La désignation du futur nom de la grande région est encore en chantier
La désignation du futur nom de la grande région est encore en chantier — Jérôme Diesnis / Maxele Presse

La consultation pour le futur nom de la région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées s’est achevée vendredi. Le cap des 200.000 votants a été franchi vendredi, quelques heures avant la fin du choix public. Environ 158.000 avis ont été recueillis sur le site Internet de la Région et 43.000 bulletins-réponses avaient été reçus par voie postale.

Sans être un extraordinaire succès populaire dans une région qui compte 5,7 millions d’habitants, cette barre symbolique est suffisamment importante pour donner du poids à cette consultation. Un chiffre qualifié « d’exemplaire » par Gérard Onesta, président du groupe EELV et principal allié de la présidente Carole Delga (PS) à la région.

Occitanie en tête ?

On voit mal les élus, qui se prononceront à leur tour sur le nom de la région parmi les cinq propositions, aller à l’encontre de cette consultation qui a coûté 500.000 euros… même si rien ne les oblige à le faire ! Mais dans tous les cas, c’est le conseil d’Etat qui aura le dernier mot en proposant un nom avant le 1er octobre. Il peut passer outre l’avis de l’assemblée régionale…

Membre du comité du nom qui avait œuvré en amont de la consultation, Jean-François Laffont s’est interrogé sur les conditions de dépouillement « afin qu’elle soit la plus transparente et irréprochable possible ». La région y a répondu en assurant la présence de deux huissiers de justice pour le dépouillement papier et Internet.

Le décompte sera officialisé le 24 juin, jour de l’assemblée plénière. Mais selon des indiscrétions (qui émettraient des doutes sérieux sur la sincérité du dépouillement si elles étaient avérées), Occitanie serait le choix premier devant Pyrénées-Méditerranée, Languedoc, Languedoc-Pyrénées et Occitanie-Pays catalan.