Billets d'avion payés par le PS : Les clés pour comprendre le procès de Robert Navarro

JUSTICE Le sénateur et son épouse comparaissent devant le tribunal correctionnel de Montpellier ce mardi...

Nicolas Bonzom

— 

Robert Navarro.
Robert Navarro. — Pascal Guyot afp.com

Robert Navarro est attendu au tribunal correctionnel de Montpellier (Hérault) ce mardi. Son renvoi en correctionnelle, ainsi que celui de son épouse, lui a été signifié en février dernier, par le juge d’instruction en charge de cet épineux dossier.

Après plus de cinq ans d’investigations, le sénateur divers gauche, qui fut un membre éminent du PS, devra répondre des accusations d’abus de confiance au préjudice de la fédération PS de l’Hérault. 20 Minutes vous donne les clés pour comprendre ce procès.

Que reproche la justice à Robert Navarro ?

Les faits reprochés à Robert Navarro auraient eu lieu alors qu’il était le premier secrétaire fédéral du PS dans l’Hérault. Ce sont quelque 85.720 euros de billets d’avion qui sont au centre de cette affaire. Une soixantaine de vols, dont des allers-retours vers Prague, Malte, Budapest ou Marrakech. Avec, à bord, des proches du sénateur, comme ses enfants, comme l’expliquait Libération.

>> A lire aussi : Le sénateur Robert Navarro va devoir s'expliquer sur ses billets d'avion

Selon les plaignants, la fédération socialiste du département aurait indûment payé ces déplacements, entre 2004 et 2010, alors qu’il s’agissait de voyages touristiques privés ou liés au mandat de député européen de Robert Navarro… que le Parlement aurait pris par ailleurs également en partie en charge.

Pourquoi son épouse doit-elle également comparaître ?

Dominique Navarro, l’épouse du sénateur, fut chargée de mission à la fédération socialiste de l’Hérault de 2009 à 2011. Ensemble, ils dirigeaient le PS 34 d’une main de fer. Comme l’explique Midi Libre, elle disposait, comme son mari, de la signature sur les comptes bancaires du parti.

Dans quel contexte cette affaire a-t-elle éclaté ?

Le 23 février 2010, Robert Navarro apprend par lettre recommandée qu’il est exclu de son parti. Avec 58 autres socialistes, il est accusé d’avoir soutenu Georges Frêche lors des élections régionales, alors que le PS avait désigné Hélène Mandroux (PS), maire de Montpellier, pour conduire sa liste, après l’épisode de « la tronche pas très catholique ».

Quelques mois plus tard, en septembre, la fédération de l’Hérault sera placée sous tutelle par Solférino. En avril 2011, l’affaire Navarro, qui sera jugée ce mardi, éclate. Le 15 mars 2012, l’immunité parlementaire de Robert Navarro est levée par le Sénat. En décembre, il est mis en examen.

Quelle est la ligne de défense de Robert Navarro ?

Le couple Navarro nie depuis le début tout abus de confiance et détournement de fonds. Contacté par 20 Minutes ce lundi matin, Me Patrick Maisonneuve, qui défend Robert Navarro, n’a pas donné suite à nos demandes. L’avocat défendra notamment le fait que certains de ces déplacements comportaient des enjeux politiques, avec des rencontres de militants à l’étranger, par exemple. D’autres auraient été payés avec des points cumulés lors des précédents vols.

Enfin, Me. Maisonneuve réfutera le fait que le sénateur ait envoyé les billets d’avion au Parlement européen « pour qu’ils lui soient remboursés, mais pour y justifier sa présence », lit-on dans Midi Libre. Toutes les factures pourraient être épluchées une par une ce mardi, face au tribunal.

Dans quel état d’esprit se trouvent les plaignants ?

C’est avec « sérénité » que les plaignants se présenteront devant le tribunal ce mardi. « Cet argent a été détourné, c’est incontestable, assure Me Luc Abratkiewicz, qui défend la fédération héraultaise du PS, à 20 Minutes. Il a servi à payer des voyages dont l’objectif n’avait absolument aucun lien avec la fédération. C’est l’argent de la fédération. Robert Navarro a menti aux militants, et il n’a rien remboursé. On verra, ce mardi, si sa ligne de défense va satisfaire le tribunal. Pour ma part, je vais soutenir mon dossier avec beaucoup de sérénité. »