Montpellier : La mobilisation grandit pour empêcher un Guinéen d'être renvoyé dans son pays

SOLIDARITE Cet entrepreneur de 36 ans, expert en informatique et en cartographie, est menacé par une obligation de quitter le territoire...

Nicolas Bonzom

— 

Cellou Diallo, menacé d'expulsion de France.
Cellou Diallo, menacé d'expulsion de France. — Comité de soutien de Cellou Diallo

Cellou Diallo risque d’être expulsé de France, où il réside depuis plus de 6 ans. Cet entrepreneur de 36 ans, expert en cartographie, informaticien, et membre actif de la French Tech à Montpellier (Hérault), fait l’objet d’une Obligation de quitter le territoire, et risque d’être prochainement renvoyé vers la Guinée, son pays d’origine.

C’est le tribunal administratif qui l’a décidé, mercredi dernier. Depuis, une forte mobilisation se met en place pour tenter de faire fléchir la justice autour de Cellou Diallo, débouté de sa demande d’asile, puis de sa demande de régularisation.

Libéré ce week-end

Si ses soutiens ont obtenu sa libération, ce week-end, du centre de rétention administrative de Sète, où il était détenu depuis près d’une semaine, son processus d’expulsion n’a pas été levé. La justice a demandé la réouverture, en revanche, de son dossier de demande de droit d’asile. Une première victoire pour ses soutiens.

Parmi eux, figurent les membres de l’association Montpel’libre, qui s’évertue à faire connaître l’usage du logiciel libre. Le Guinéen en est l’un des sympathisants. Il a notamment œuvré pour l’élaboration de cartographies signalant les lieux accessibles aux personnes à mobilité réduite.

Sa famille a été victime du virus Ebola

« Cellou est arrivé en France en 2009 pour faire une demande d’asile, puis pour effectuer un stage à l’Ifremer de Sète, souligne l’association, qui a lancé un comité de soutien. Depuis son arrivée, sa famille a été décimée par l’épidémie Ebola qui a touché la Guinée en 2015. Opposant au régime en place, il a été persécuté et contraint de quitter son pays. »

« Depuis le premier jour où il est arrivé en France, il s’investit, il donne énormément de son temps et de ses compétences au service des gens, du collectif, souligne Marie-Laure Vie, membre active de la French Tech et secrétaire de l’association French South Digital, dont le président, Pierre Deniset, fait partie des premiers soutiens de Cellou Diallo. Aujourd’hui, ses soutiens ont dépassé le cadre amical. »

Une lettre du maire de Montpellier

Et en effet, ce sont près de 1.300 personnes qui ont signé depuis quelques jours la pétition qui circule sur Internet pour régulariser la situation du Montpelliérain.

Le Guinéen peut également compter sur la mairie de Montpellier parmi ses soutiens. Philippe Saurel (divers gauche), maire de la ville, a envoyé une lettre au préfet pour le soutenir. « Il me semble important que cette personne, altruiste et compétente, puisse rester sur notre territoire en toute liberté et continue de contribuer pleinement au développement de notre cité », écrit l’élu.

Contactée par 20 Minutes, la préfecture de l’Hérault note que « pour l’instant, en l’état actuel des choses, le préfet ne souhaite pas communiquer » sur le cas de Cellou Diallo.