Béziers: Un front désuni face à l'extrême-droite

politique Les appels à manifester samedi contre le mouvement « Oz ta droite », lancé ce week-end par Robert Ménard, se font en ordre dispersé…

C.D.

— 

Le 8 mai 2015 à Béziers, lors d'une manifestation en réaction contre le "fichage" des enfants musulmans par Robert Ménard.
Le 8 mai 2015 à Béziers, lors d'une manifestation en réaction contre le "fichage" des enfants musulmans par Robert Ménard. — AFP

« Marche du ras-le-bol », « Béziers debout », appel au rassemblement sur la place de la Révolution : c’est en ordre dispersé que les opposants au maire de Béziers, Robert Ménard, sont conviés samedi à manifester.

Proche du Front national, Robert Ménard entend lancer un « mouvement citoyen » baptisé « Oz ta droite ». Près de 1.800 personnes sont inscrites au « rendez-vous de Béziers » pour, du 27 au 29 mai, imaginer « des idées de rupture que la droite pourrait porter et que le rassemblement des droites portera ».

>> A lire aussi : Béziers : Avec son mouvement «Oz ta droite», Robert Ménard veut peser sur la présidentielle

« Encore une occasion ratée »

« L’unité n’est pas de mise pour tous ceux qui souhaitent manifester une opposition forte et républicaine », déplore sur Facebook, Claude Zemmour, ancien conseiller régional PS de Béziers. « Pour une défense de « boutiquiers » la riposte va se faire en ordre dispersé », poursuit-il, en concluant : « Encore une occasion ratée ».

Les différents rassemblements

Le groupe socialiste et apparenté, et notamment le candidat PS qui s’était maintenu au second tour des municipales Jean-Michel du Plaa, a appelé à un rassemblement samedi à 18h sur la place de la Révolution.

A droite, le député (Les Républicains) Elie Aboud, candidat malheureux aux municipales de 2014 contre M. Ménard, organise à 10h une « marche du ras-le-bol », « de la majorité silencieuse » et « des Français honnêtes qui aiment la France » pour « dire non à la haine et aux violences contre les forces de l’ordre ».

Des partis de gauche (PCF, PG, Ensemble), des syndicats (CGT, Solidaires, FSU) et des associations (Attac, LDH, Nuit Debout, le Réseau citoyen solidaire) donnent quant à eux rendez-vous à partir de 12h devant la statue du résistant Jean Moulin. Ils appellent à une journée baptisée « Béziers debout » en « lutte face à l’extrême droite ». Avec pour mots d’ordre « tous unis contre le congrès de la haine » et le « refus que Béziers devienne le symbole de l’extrême droite ». Une manifestation est prévue à 14h.

Ménard retire son arrêté

Robert Ménard a bien tenté d’interdire certaines manifestations dans un arrêté daté du 24 mai « réglementant les rassemblements et attroupements le 28 mai 2016 ». Mais alors que la préfecture de l’Hérault allait entamer un recours devant le Tribunal administratif de Montpellier, le maire de Béziers « a retiré son arrêté », a appris l’AFP jeudi soir auprès de la préfecture, qui souligne que « le droit de manifester est un droit constitutionnel ».