Montpellier : Un avocat de Nîmes mis en examen pour proxénétisme

JUSTICE L’homme, spécialisé dans les affaires pénales, louait trois appartements à des prostituées…

Nicolas Bonzom

— 

Illustration de la prostitution en France.
Illustration de la prostitution en France. — SERGE POUZET/SIPA

Un avocat du barreau de Nîmes (Gard) a été déféré ce mercredi à Montpellier (Hérault), en vue de sa mise en examen pour aide directe ou indirecte au séjour irrégulier et proxénétisme.

L’homme avait été placé en garde à vue lundi dans le cadre d’une enquête sur une filière de prostitution nigériane. La filière agirait sur l’avenue de Toulouse, à Montpellier, où des jeunes femmes logeaient dans quatre appartements. Sur les quatre, trois étaient loués par l’avocat nîmois depuis deux ans et le quatrième appartient à son expert-comptable.

Une location « risquée »

L’avocat avait dans un premier temps défendu une première personne interpellée dans ce dossier en février, soupçonnée d’être la « mère maquerelle », note le procureur adjoint Patrick Desjardins. Il aurait ensuite continué à se livrer à « une location extrêmement risquée dont il ne pouvait ignorer les conséquences ». L’avocat venait lui-même prélever les loyers en numéraire.

Des perquisitions ont été menées dans les cabinets où il exerçait à Nîmes (Gard) et Châteauneuf-du-Pape (Vaucluse). Son expert-comptable a également été placé en garde à vue lundi.