Emma Daumas: L'ex de la «Star Academy» nous plonge dans le monde sans pitié des télécrochets

LITTERATURE L'ancienne candidate de l'émission de TF1, qui a grandi entre le Gard et le Vaucluse, est de retour avec un livre, « Supernova », et un nouvel EP...

Nicolas Bonzom

— 

Emma Daumas
Emma Daumas — Blackice / Serge Verglas Productions

C’était il y a quatorze ans. Emma Daumas, 18 ans, intégrait le célèbre château de la Star Academy (TF1), en août 2002, pour n’en ressortir que quatre mois plus tard, éliminée par Nolwenn Leroy lors de la demi-finale féminine.

Dès lors, la jeune femme, qui a grandi entre le Gard et le Vaucluse, entre Les Angles, Villeneuve-lès-Avignon et Avignon, goûtera à la célébrité soudaine, et enchaînera les succès. Jusqu’au jour où sa maison de disques lui rendra son contrat… De cette expérience, Emma Daumas en a tiré un roman, Supernova, paru aux éditions Scrinéo.

« Un décalage entre ce que l’on voit et la réalité »

Annabelle, dit « Bella », la petite Avignonnaise de 16 ans, folle d’Edith Piaf, projetée dans l’émission Starcatcher, ce n’est pas elle. Mais le lecteur ne peut évidemment pas s’empêcher de faire le lien entre l’héroïne et son auteur…

« Supernova n’est pas une autobiographie, souligne Emma Daumas. J’avais juste envie de me pencher sur ce phénomène de société que sont les émissions de télécrochet, sur le décalage entre ce que l’on voit à la télévision et la réalité. Bien sûr, je me suis inspirée de ma propre expérience, et de celles des gens que j’ai pu croiser sur ma route. Dont certains se transforment en machines à succès d’un jour à l’autre, et finissent par ne plus s’écouter eux-mêmes… »

« J’ai pris les choses en pleine gueule »

L’héroïne d’Emma Daumas est plongée dans l’univers impitoyable du star-system, entre enfer et paradis. Au fil des 350 pages, Bella se frotte à la presse people, la drogue ou les fans, dans un voyage initiatique, dont elle ne sortira pas indemne.

« Ce qui en ressort pour moi, avec le recul, c’est un mélange de sentiments, souligne l’artiste. Une expérience ambiguë, où cohabitent des moments extraordinaires, d’exaltation et d’adrénaline… Et d’autres terribles et bouleversants. J’étais jeune et naïve, je sortais de l’enfance. Je n’avais pas vécu assez de choses pour me construire une carapace assez épaisse, et j’ai pris les choses en pleine gueule… »

« La fin de mon contrat ? Une sorte d’abandon »

Emma Daumas, tout comme Bella, dans la vraie vie comme dans la fiction, se sont heurtées toutes les deux à la difficile réalité du marché du disque. « La fin de mon contrat, je l’ai vécu comme une sorte d’abandon. Ces émissions sont un beau tremplin, mais la plupart des candidats qui défendaient un univers se retrouvent formatés. On met beaucoup de moyens sur vous lorsque vous êtes sous les feux de la rampe, puis dès que ça s’essouffle un peu, c’est terminé. C’est très violent. Je bénis le ciel aujourd’hui d’avoir rencontré des gens qui ont une tout autre approche artistique… »

Et en effet, très loin de tout ça, depuis son Sud natal, Emma Daumas, 32 ans, maman d’une petite fille de 3 ans, n’a pas pour autant lâché le micro. « En 2011, quand je n’avais plus rien de professionnel ni de personnel à Paris, j’ai eu envie de voyager, j’ai pris le large, explique la chanteuse. J’ai frappé à la porte de Maxime Le Forestier. Je lui ai confié mes doutes et mes envies. Il m’a encouragé. Il m’a dit ''Je n’écrirai pas pour toi, mais quand tu sortiras de chez moi, tu sauras écrire toute seule tes chansons''. »

Un nouvel EP, Vivante, sortira le 20 mai prochain chez Abacada. Six titres à textes et mélodieux qui n’ont plus rien à voir avec le côté « rock rebelle » de ses années Star Academy. Un nouveau « futur à présent » s’ouvre pour Emma Daumas…