Montpellier: Etats généraux du rail et épineux dossiers pour Carole Delga

TRANSPORT C’était l’une des priorités de la candidate socialiste. Elue à la tête de la région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, elle doit composer avec les écologistes au sein de sa majorité...

Jerome Diesnis

— 

56 000 voyageurs empruntent quotidiennement 500 trains sur 20 lignes TER en Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées
56 000 voyageurs empruntent quotidiennement 500 trains sur 20 lignes TER en Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées — Jérôme Diesnis / Agence Maxele Presse

Carole Delga (PS) en avait fait l’un des axes importants de sa campagne : « La mobilité est un enjeu majeur d’aménagement, d’équilibre et d’attractivité d’un nouveau territoire qui a la taille d’un pays, explique-t-elle. Avec 56.000 voyageurs quotidiens qui empruntent 500 trains sur 20 lignes TER, le rail est au cœur de la vie quotidienne et des préoccupations de nos concitoyens ».

Elue à la présidence de Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, elle présente ce vendredi les états généraux du rail et de l’intermodalité, qui seront lancés à la mi-avril. 20 Minutes fait le point sur les principaux dossiers liés au rail dans la région.

La LGV. L’ensemble des collectivités s’est positionné pour la mise en place de la ligne à grande vitesse (LGV) reliant Montpellier à Perpignan, dernier tronçon manquant entre Paris et Barcelone.

La proposition de tracé issue de la concertation sera soumise à l’enquête publique au cours de l’hiver. Reste une question essentielle : qui financera sa construction, dont le coût est estimé à 5,5 milliards d’euros ?

La gare de la Mogère. Attention, sujet sensible entre Carole Delga et ses alliés écologistes. Les financements régionaux (45 millions d’euros en 2015) sur la seconde gare de Montpellier censée accueillir les TGV de la LGV, sont suspendus. En attendant, les travaux se poursuivent...

Le train jaune. Début janvier, le gouvernement s’est engagé à maintenir l’exploitation de cette ligne qui sillonne les Pyrénées catalanes. Mais des investissements lourds sont nécessaires pour le confort des passagers.

Le train à 1 euro. C’était une mesure phare de Christian Bourquin puis de Damien Alary, à la tête de la région Languedoc-Roussillon. Carole Delga s’est engagée à poursuivre l’expérimentation du train à un euro, actuellement en vigueur sur une partie du réseau TER, selon des conditions spécifiques. A-t-elle l’envie et les moyens financiers d’élargir l’offre existante ?

Les lignes de nuit. Le gouvernement a annoncé en février son désengagement de la ligne de nuit Paris-Toulouse-Cerbère. La région a proposé une solution alternative pour éviter que la Cerdagne soit abandonnée.