Montpellier: Le.Taxi, la nouvelle arme des taxis pour contrer Uber

TRANSPORTS Le dispositif, prévu par la loi Thévenoud, a permis la création d’applis qui permettent de héler un taxi directement depuis son smartphone…

Nicolas Bonzom

— 

Le.Taxi a été lancé ce mardi à Montpellier.
Le.Taxi a été lancé ce mardi à Montpellier. — N. Bonzom / Maxele Presse

C’est une nouvelle arme confiée aux chauffeurs de taxi pour tenter de contrer le succès grandissant d’Uber et autres VTC (véhicules avec chauffeur) : le nouveau dispositif Le. Taxi a été lancé pour la première fois ce mardi après-midi, à Montpellier.

>> A lire aussi : Le service de transports Uber compte près d'1,5 million d'utilisateurs en France

Ce projet, qui sort d’une phase de test de trois mois sur la métropole, a été rendu possible par la loi Thévenoud, promulguée le 1er octobre 2014, qui a ouvert l’ensemble des données liées aux taxis. Cet « open data » a entraîné la création d’applis mobiles gratuites qui permettent aux clients de héler plus facilement un taxi. Parmi elles, Zaléou, développée par Ixxi, filiale de la RATP, ou Tedycab, lancée par Transdev.

Noter son chauffeur

« Tout sera désormais beaucoup plus clair, et beaucoup plus simple, pour le client, assure Sébastien Jauneau, qui a créé l’appli MonTaxi. En vous géolocalisant, vous obtenez un plan de tous les taxis libres autour de vous… L’intérêt, c’est de pouvoir affiner votre choix de véhicule : vous pouvez consulter le type de voiture ou les services à bord. Jusqu’ici, on avait souvent la surprise à l’arrivée… Si vous voulez une voiture haut de gamme, ou avec plus de place pour les bagages, vous choisissez. »

Avec la possibilité de voir le parcours du chauffeur avant d’arriver jusqu’à vous, et de noter sa course, un peu comme avec l’appli Uber. « Cela permet de fédérer, sur un seul dispositif, l’ensemble des artisans, quelle que soit la compagnie, note Djaber Faouzi, de l’appli Taxi Proxi. Il y avait une vraie demande de modernisation, de la part des clients et des chauffeurs de taxi. »

Bientôt à Rennes, Marseille, Lyon, Lille et Paris

Du côté des taxis, on évoque une « révolution ». « L’avion, le train… Tous les moyens de transport sont sur mobile. Il fallait que nous aussi, nous y soyons, souligne Serge Viguier, président de la fédération des taxis de l’Hérault. Et pour le client, c’est une simplification énorme de l’accès aux taxis. » De quoi être « bien plus visible » et « bien plus près des clients », assure Jean-Christophe Lopez, taxi sur Montpellier. Mais contrairement à Uber, on ne paye pas directement avec son téléphone, mais comme avant, au chauffeur…

Quelque 1.800 clients utilisent déjà le dispositif. D’abord lancé à Montpellier avec 214 chauffeurs, Le. Taxi sera bientôt disponible dans les agglomérations de Lyon, Marseille, Lille et Rennes. Le dispositif est attendu à Paris d’ici la mi-avril.