Lucas, disparu il y a un an et Nathalie, sa maman.
Lucas, disparu il y a un an et Nathalie, sa maman. — Famille Tronche

DISPARITION

Gard : «On attend juste un signe de vie», confie Nathalie, la mère de Lucas, disparu il y a un an

La mère de l’adolescent, qui reste introuvable malgré une forte mobilisation depuis le 18 mars 2015, se confie à « 20 Minutes »…

Ce vendredi, cela fera un an que Lucas, 16 ans, a disparu. L’adolescent n’a plus donné signe de vie à ses parents depuis le 18 mars 2015, alors qu’il devait se rendre à un cours de piscine, à Bagnols-sur-Cèze (Gard).

Depuis, malgré une forte mobilisation des bénévoles dans toute la France, des coups de pouce de célébrités sur les réseaux sociaux et les quelques témoignages recueillis par la police à Montpellier, l’enquête piétine : aucune piste sérieuse n’est envisagée. Nathalie Tronche, la maman de ce lycéen sans histoires, a accepté de se confier à 20 Minutes.

>> A lire aussi : Montpellier : Une armée de bénévoles s'activent pour retrouver Lucas, disparu il y a dix mois

Un an après la disparition de Lucas, comment vous sentez-vous ?
C’est dur... C’est difficile à vivre, car il n’y a aucune piste sérieuse pour l’instant. Aux Etats-Unis, Snapchat a enfin accepté de coopérer avec les enquêteurs pour savoir si le fichier reçu sur le téléphone portable de Lucas l’après-midi de sa disparition pouvait nous aider. Mais cela n’a rien donné, rien d’important... Chaque jour, on se répète les mêmes histoires dans nos têtes, les mêmes scénarios, pour tenter de comprendre...

Avez-vous une idée de ce qui a pu se passer ce 18 mars 2015 ?
Non... Parfois, on se dit qu’il est arrivé quelque chose, et que Lucas n’est plus là aujourd’hui. Et puis on se dit finalement que non, qu’il est quelque part... Qu’il est peut-être tombé sur quelqu’un qui l’empêche de revenir... Mais de ne pas savoir s'il est vivant, sil est mort, s'il est bien, ou en danger, c’est vraiment difficile pour nous... Les scénarios tournent constamment dans nos têtes.

Comment est-il, Lucas ?
C’était un adolescent sans problèmes. Il était 5e de sa classe de 2nde, aimable avec tout le monde, joyeux, sérieux. Il était très impliqué chez les scouts, où il était toujours très heureux d’aller. Il ne fait jamais la gueule, on ne se dispute jamais... Il n’y a jamais eu de problèmes dans la famille. On n’a rien vu venir...

Cette forte mobilisation bénévole vous permet-elle de tenir ?
Oui bien sûr. Elle nous maintient en vie, c’est très touchant.

Qu’avez-vous envie de dire à votre fils, s’il vous entend ?
Lucas, tu nous manques, tu manques à toute la famille... On t’aime très fort. On est très inquiet. On attend juste un signe de vie de ta part. Si quelqu’un sait quelque chose, faites le savoir, rassurez-nous. Pour nous, la vie s’est arrêtée, il y a un an. Il faut bien continuer de vivre... Alors on mène une vie parallèle.

Pour tout témoignage : 04.67.99.35.97 (SRPJ de Montpellier) et sur le site www.retrouvons-lucas.fr. Si vous avez l'impression d'apercevoir Lucas, n'hésitez pas à prendre des photos, même de mauvaise qualité, pour contribuer à l'enquête.

De nombreuses nombreuses mobilisations sont prévues ce week-end partout en France : un rassemblement est notamment organisé à Bagnols-sur-Cèze ce samedi (14 h), suivi d'un lâcher de ballons (15 h), et un stand sera tenu de vendredi à dimanche par des bénévoles au village marathon de Montpellier, sur la place du Nombre d'Or, à Antigone.