Lozère: Trois des loups échappés récupérés... mais il en reste à peu près autant dans la nature

ANIMAUX Les salariés du parc Les loups du Gévaudan, aidés par les gendarmes et l’office national de la chasse et de la faune sauvage, tentent d’appâter les animaux échappés du parc…

Jerome Diesnis

— 

Un loup dans le parc du Mercantour, le 13 novembre 2013 (illustration)
Un loup dans le parc du Mercantour, le 13 novembre 2013 (illustration) — VALERY HACHE / AFP

Trois des loups échappés du parc Les loups du Gévaudan, en Lozère, ont été récupérés. Les deux premiers l’avaient été dès mardi soir grâce aux recherches conjuguées des gendarmes, épaulés par les gardes de l’office national de la chasse et de la faune sauvage et les salariés du parc. Un troisième, appâté par la nourriture placée devant les enclos, a été capturé ce mercredi matin. « Nous pensons que cela va se terminer de cette façon pour l’ensemble des loups échappés », explique le préfet de Lozère Hervé Malherbe qui a « interdit toute présence de médias ou de curieux sur le site. Le loup est un animal craintif. Il ne sortira pas s’il y a une activité inhabituelle ».

« Un comportement irresponsable »

Dans la nuit de lundi à mardi, les portes permettant l’accès au parc d’observation scientifique ont été fracturées. « Un comportement irresponsable et inadmissible qui doit être puni par la loi », selon la présidente du Département, Sophie Pantel (PS), propriétaire des bâtiments. Une plainte a été déposée en gendarmerie. Le parc n’était pas équipé de caméras de vidéosurveillance. « J’ai fait la demande auprès du président de la Selo [Société d’économie mixte d’équipement de la Lozère, qui gère le parc dans le cadre d’une délégation de service public] afin que le site en soit équipé à l’avenir », reprend le préfet.

>> A lire aussi: Les portes du parc fracturées, les loups s'échappent dans la nature

Le personnel du parc recompte les animaux afin de connaître avec certitude le nombre d’animaux encore dans la nature. La tâche n’est pas simple puisque le parc d’observation scientifique, où 32 canidés étaient présents lors de l’effraction, s’étend sur 20 hectares. « D’après un témoignage, entre quatre et six loups se sont échappés », précise Jean-Louis Rouvière, président de la Selo. Selon ce décompte, entre un et trois loups de Mongolie seraient encore en liberté.