Montpellier : Sos Amitié cherche des oreilles bénévoles

SOLITUDE L'association, qui a reçu quelque 13.600 appels en 2015, manque de personnes volontaires pour écouter les appelants en difficulté...

Nicolas Bonzom

— 

Un bénévole de Sos Amitié (illustration).
Un bénévole de Sos Amitié (illustration). — V. WARTNER / 20 MINUTES

Sos Amitié a besoin d’oreilles. L’antenne de Montpellier, qui a reçu quelque 13.600 appels en 2015, lance un appel aux bénévoles qui voudraient bien prêter quelques heures de leurs vies pour écouter les autres. Car le nombre d’appelants en difficulté est en perpétuelle augmentation, explique-t-on, chez Sos Amitié.

Ici, on peut appeler jour et nuit, sept jours sur sept. A l’autre bout du fil, dans un local tenu secret, une équipe de bénévoles décroche pour accompagner, pendant quelques minutes, ceux qui se sentent seuls. Vingt et une minutes en moyenne par appel, qui suffisent parfois à redonner le sourire à des personnes en souffrance.

Un chat en soirée

« Ce sont des personnes très seules qui nous appellent, elles savent qu’avec nous, c’est totalement anonyme, explique Jean-Noël Pintard, président de l’association. Ce sont des gens qui ne voient parfois personne de la journée… Jamais. »

« Vous n’imaginez pas à quel point la solitude est un fléau aujourd’hui dans notre société. Elle se couple souvent avec des difficultés économiques, familiales, sociales… et parfois, la maladie. » Si le 04.67.63.00.63 est ouvert tout le temps, un chat est aussi disponible de 17h à 1h du matin, pour ceux qui préfèrent écrire que parler.

2 % des appelants évoquent le suicide

Tendre l’oreille est une mission parfois compliquée, qui nécessite une formation dispensée aux bénévoles par l’association. « Parfois les appels sont difficiles, confie Jean-Noël Pintard. Il faut avoir un certain équilibre pour faire ce travail. Tous les ans, 2 % des appels sont des gens qui évoquent l’éventualité de mettre fin à leurs jours… »

« Quelques-uns sont des cas extrêmes, qui appellent alors qu’ils sont sur le point de se suicider. C’est à nous d’essayer de trouver la petite lumière qui fait qu’ils retrouvent soudain goût à la vie. » Chaque mois, les bénévoles participent à des échanges avec une psychologue, pour « digérer tout ce qu’ils ont entendu » et confier leurs ressentis.

Mais pour Jean-Noël Pintard, être écoutant, c’est une aventure « d’une richesse inouïe ». « C’est extraordinaire, souligne-t-il. Il y a un contact humain, une rencontre avec l’humanité, qu’on a peu l’occasion de faire ailleurs », tout en respectant la consigne de l’association : ne jamais rencontrer les appelants ou rompre l’anonymat.

Pour être bénévole : 06.98.48.00.63 ou sosamontpellier@wanadoo.fr