Montpellier: Nouvelles enseignes, Polygone, halles Castellane... Les dossiers brûlants du commerce en centre-ville

ECONOMIE Le maire de Montpellier, Philippe Saurel, a dévoilé ce mardi un véritable « plan Marshall » pour tenter de dynamiser le cœur de la capitale héraultaise…

Nicolas Bonzom

— 

Le boulevard du Jeu-de-Paume, à Montpellier.
Le boulevard du Jeu-de-Paume, à Montpellier. — N. Bonzom / Maxele Presse

Ce mardi, Philippe Saurel, le maire DVG de Montpellier, a dévoilé un véritable « plan Marshall » pour booster le centre-ville. Ou pour tenter de le sauver, diront certains…

Car le commerce y souffre, victime de la concurrence des zones périphériques, dont Odysseum. Et les projets Oz, à la Mogère, et Ode, à Pérols, ne devraient rien arranger. 20 Minutes fait le point sur les principaux enjeux évoqués ce mardi matin.

De nouvelles enseignes. En signant un partenariat avec la CCI (la chambre de commerce et d’industrie), la mairie entend attirer de nouvelles enseignes sur le centre-ville. « L’idée est de profiter du savoir-faire de la CCI, afin que de nouvelles enseignes puissent venir occuper rapidement les 30 à 50 locaux vides qui existent, et de pouvoir intervenir sur la diversité des enseignes », note Philippe Saurel.

Et d’attirer de nouveaux géants, qui ne sont pas encore implantés à Montpellier. Comme auraient pu l’être Burger King ou Starbucks, qui ont finalement choisi Odysseum. « Qui vous dit qu’ils ne vont pas aussi venir dans le centre ? », sourit André Deljarry, président de la CCI. « Il faut des enseignes d’envergure nationale et internationale, mais aussi des commerces de proximité, où les gens ont du plaisir à se rencontrer », explique le maire.

Les halles Castellane. C’est l’un des poumons de l’Écusson. Pourtant, depuis le départ de la Halle aux vêtements, en novembre dernier, elles restent désespérément vides… Si Marcel Salerno, le propriétaire, a refusé d’en dire plus, ce mardi, sur un éventuel futur locataire, quelques noms d’enseignes circulent : H & M, la marque japonaise de vêtements Uniqlo, un opérateur téléphonique français, ou une enseigne d’électroménager et de multimédia projetteraient de s’y installer prochainement.

Le bas des halles, occupé par des bouchers, charcutiers et autres maraîchers, sera davantage ouvert vers l’extérieur, en ajoutant des étals autour du bâtiment. Le parking à deux-roues sera supprimé, pour mettre en place une entrée plus grande.

Des rénovations d’avenues. Outre le boulevard Jeu-de-Paume, qui verra arriver le bouclage de la 4e ligne de tramway le 1er juillet prochain, plusieurs autres opérations de requalification vont être opérées par la mairie : la grand-rue Jean-Moulin (1,7 million d’euros), et les faubourgs du Courreau et de Figuerolles (1,4 million d’euros).

Le Polygone. Le centre commercial, géré par la Socri, s’est lancé dans une vaste opération de rénovation, pour un investissement de 40 millions d’euros. Le chantier, qui s’achèvera d’ici 2019, prévoit un « relooking total » des trois étages, du parking, et de certaines issues, dont celle vers Antigone qui va être entièrement repensée.

Pour le président de la Socri, Henri Chambon, il faut être prudent avec le centre-ville de Montpellier. « Un centre-ville, il vit, mais il peut mourir aussi, confie-t-il. Il faut faire attention… Un projet comme Ode, c’est de la folie ! C’est la mort du centre-ville. »

Une esquisse du Polygone après rénovation. - Polygone/Socri