Montpellier: Le procureur de la République ouvre lui-même un sac à dos abandonné à la gare

SECURITE Selon « Midi Libre », la scène s’est déroulée le 5 février… Du côté des syndicats de policiers, ça ne passe pas…

Nicolas Bonzom

— 

La gare de Montpellier.

La gare de Montpellier. — Jérôme Diesnis / Maxele Presse

Un acte de bravoure ou une rupture fâcheuse du protocole ? Le 5 février dernier, rapporte Midi Libre, Christophe Barret, procureur de la République de Montpellier, a lui-même pris la responsabilité d’ouvrir un bagage suspect, à la gare Saint-Roch.

Alors qu’il attendait un train, explique le journal régional, le magistrat a franchi le lourd périmètre de sécurité mis en place après la découverte d’un sac abandonné.

Les policiers s’insurgent

Bien que des équipes de démineurs soient en route, Christophe Barret a décidé d’ouvrir lui-même le sac, qui ne contenait, finalement, que des affaires scolaires… Le dispositif a donc été aussitôt levé. Contacté par Midi Libre, le procureur n’a pas souhaité en dire plus.

Une décision qui ne passe pas, du côté des syndicats de police. Dans un communiqué, SGP Unité Police s’offusque qu’un tel geste « commis par un policier l’aurait conduit à donner des explications, mais l’aurait exposé à une sanction disciplinaire (…) Notre travail n’a pas été respecté. »

De son côté, Séverine Colarde, secrétaire départementale d’Alliance Police Nationale dans l’Hérault, trouve l’acte du procureur de Montpellier « un peu limite ». « Pour un homme qui est censé faire respecter la loi, c’est léger, confie-t-elle à 20 Minutes. Il a mis la vie des collègues et des usagers en danger. Nous ne savons pas ce qu’aurait pu contenir le sac… Nous sommes en plein état d’urgence. »