Montpellier: L'Etat et le département veulent rebooster le collège Las Cazes

EDUCATION Si aucune modification de la carte scolaire n'est prévue, de nombreuses mesures pour rendre l'établissement plus attractif vont être mises en place en septembre...

Nicolas Bonzom

— 

Des collégiens au collège Las Cazes, à Montpellier.
Des collégiens au collège Las Cazes, à Montpellier. — N. Bonzom / Maxele Presse

Au collège Las Cazes, le constat est navrant : depuis plusieurs années, l’établissement montpelliérain souffre d’une absence quasi-totale de mixité sociale. Décrit comme un « ghetto », malgré les efforts des professeurs et de la direction, Las Cazes est boudé par de nombreux parents qui optent pour le privé ou contournent la carte scolaire. Et tandis qu’il pourrait en accueillir près de 800, il ne rassemble que 380 enfants.

Devenir attrayant

Dès la rentrée prochaine, une foule de mesures sera donc lancée par le Rectorat et le département de l’Hérault, à travers un dispositif testé par le ministère de l’Éducation. Objectif : « devenir attrayant », pour tenter d’améliorer la mixité sociale.

D’abord, la création de nouvelles sections : une filière anglo-américaine, en réseau avec le collège Camille-Claudel, et des offres linguistiques améliorées pour l’allemand, et l’espagnol, une voie arts du spectacle pour donner le goût du théâtre et de la scène aux collégiens, avec des partenariats avec l’université Paul-Valéry, le domaine d’O ou le théâtre Jean-Vilar, mais aussi une section sports améliorée, via des partenariats avec les clubs de basket (BLMA) et de rugby (MHR) de la ville.

« La carte scolaire prévoit déjà la mixité sociale »

Côté numérique, le département équipera dès la rentrée prochaine le collège de bornes wifi, et les 5e se verront remettre une tablette. D’ici trois ans, tous les élèves de la 5e à la 3e pourront donc utiliser l’outil.

Mais ce plan ne prévoit pas de toucher pas à la sectorisation. « La carte scolaire prévoit déjà la mixité sociale à Las Cazes, note Renaud Calvat (PS), élu au département en charge de l’Éducation et de la Culture. Elle est simplement mise à mal, par le fait que des familles la contournent. D’où l’intérêt de se pencher sur l’attractivité de l’établissement. »