Montpellier: Prix, vitesse, travaux... Trois questions sur le déplacement de l'autoroute A9

TRANSPORTS La nouvelle 2 x 3 voies sera mise en service fin 2017 et l'axe actuel sera requalifié en boulevard urbain...

Nicolas Bonzom
— 
Projet de déplacement de l'A9 (vue de Lattes).
Projet de déplacement de l'A9 (vue de Lattes). — Vinci Autoroutes

On est à mi-chemin du chantier du déplacement de l’A9. Démarrés en 2014, les travaux s’achèveront fin 2017, avec la transformation de la 2 x 3 voies actuelle en boulevard urbain, rebaptisé A709, et la mise en service de la nouvelle autoroute sur la portion de Saint-Jean-de-Védas à Vendargues.

Ce nouvel axe accueillera les véhicules de passage qui ne souhaitent pas s’arrêter à Montpellier, et qui fileront vers Marseille ou Barcelone, sans possibilité d’entrer ou de sortir, soit environ la moitié du trafic actuel. 20 Minutes fait le point sur cet immense chantier, avec trois questions que se posent les automobilistes.

Les prochaines grandes étapes des travaux vont-elles gêner la circulation ?

La mise en place des deux nouveaux échangeurs, Vendargues et Saint-Jean-de-Védas, figure parmi les futurs temps forts du chantier. Le premier sera achevé à la fin du premier trimestre de cette année, et le deuxième d’ici juin 2017. « On avance petit à petit, confie Salvador Nunez, directeur d’opérations de Vinci Autoroutes, au sujet du péage de Saint-Jean-de-Védas, qui scinde le trafic en deux. On construit en faisant en sorte de générer le moins de congestion possible. »

Les autres phases du chantier, comme la réalisation des 1,25 million de m2 de voies, la mise en place des canalisations, des écrans antibruit ou des aménagements paysagers, impacteront aussi la circulation. Mais sans interrompre le trafic, et en gênant le moins possible les automobilistes, promet Vinci Autoroutes. « Il y aura des basculements de la circulation sur les parties neuves, pour nous permettre d’intervenir sur les parties actives », explique Salvador Nunez. Et la nuit, dès que c’est possible.

A combien roulera-t-on à la fin des travaux ?

Pour sécuriser le chantier, un arrêté préfectoral a instauré une limitation à 90 km/h sur la portion d’autoroute qui traverse Montpellier. « C’est indispensable pour minimiser le risque d’accident », note Salvador Nunez. Une vitesse qui convient au maire Philippe Saurel (divers gauche), qui milite pour une baisse de l’impact du trafic sur l’environnement. Après les travaux, il est donc probable que le boulevard urbain reste limité à 90 km/h, voire même à 70 km/h.

>> A lire aussi : Montpellier : La limitation à 90 km/h sur l’autoroute A9 pourrait être définitive

Une vitesse qui n’est aujourd’hui respectée par… quasiment personne, comme en convient Salvador Nunez. « Sur la chaussée, nous avons des capteurs, qui calculent notamment les vitesses, note-t-il. Sur les rapports, j’ai beau tourner les pages, c’est rare de trouver des moyennes à 90km/h. » En revanche, sur la future A9, il est probable que la vitesse soit fixée à 110 km/h.

Le boulevard urbain, ex-A9, sera-t-il gratuit ?

Oui. Alors qu’à l’heure actuelle, on paie, par exemple, lorsque l’on rentre à Montpellier et que l’on sort à Saint-Jean-de-Védas, la desserte locale de la future A709 sera entièrement gratuite. La nouvelle A9 en revanche, sera bien évidemment payante.

Vinci Autoroutes met en place des visites du chantier gratuites et ouvertes à tous. Inscriptions et informations au 09 67 28 28 18.