VIDÉO. Montpellier: Kazy Lambist, la nouvelle French touch

MUSIQUE Samedi, le Montpelliérain, qui a décroché le prix inRocks Lab en septembre, participe aux Inouïs, pour, peut-être, monter sur la scène du Printemps de Bourges...

Nicolas Bonzom
— 
Kazy Lambist
Kazy Lambist — Isabelle Broyard

Kazy Lambist est l’un des espoirs de la scène électro française. A 23 ans, pour le musicien montpelliérain, qui a commencé à composer dans sa chambre d’étudiant, sur son ordinateur, tous les voyants sont au vert : en septembre dernier, après un premier EP signé sur le label indépendant Opening Night, il a décroché le prix inRocks Lab.

Un album en 2017

L’artiste a ensuite écumé les scènes, avec son bassiste Amaury et sa chanteuse Amoué. Dont celle du Petit journal (Canal +) qui donnera à On you, l’un de ses titres, une très forte visibilité. Et avant la sortie de son Maxi 5 titres, en mars, et de son album en 2017, c’est un tout autre défi qui attend ce multi-instrumentiste de talent : le tremplin des Inouïs.

 

Samedi (à 19 h), Kazy Lambist sera sur la scène de Victoire 2 à Saint-Jean-de-Védas, avec cinq autres artistes régionaux, face à un jury. A la clé : la qualification pour la finale nationale qui sélectionnera un ou plusieurs lauréats pour participer au Printemps de Bourges, en avril prochain.

« Ca se profile bien, on est très content de tout ce qu’il nous arrive. Mais on va prendre les étapes les unes après les autres », assure l’artiste. Ses titres, même s’ils sonnent résolument electro, piochent des influences partout, du jazz à la pop. Et même dans le hip-hop, première passion de Kazy Lambist, qui a d’abord rêvé, plus jeune, de marcher sur les pas de Notorious Big.

Parmi 134 candidatures d’artistes du Languedoc-Roussillon, le jury a choisi six groupes pour se produire samedi : Kazy Lambist (electro), Betty Argo (pop), Ezra Hesper (folk), Ilhaam Project (pop-world), Kursed (rock) et Volin (chanson).

Invitations gratuites à imprimer sur Digitick.com.