Nicolas Bourriaud (à gauche) et Philippe Saurel, maire de Montpellier.
Nicolas Bourriaud (à gauche) et Philippe Saurel, maire de Montpellier. — N. Bonzom / Maxele Presse

CULTURE

Montpellier: Évincé par Fleur Pellerin, il prend la tête du futur centre d'art contemporain

Il aura la lourde charge de mettre en place le futur établissement, qui doit ouvrir en 2019...

Jusqu’ici, l’art contemporain était plutôt timide à Montpellier : si quelques lieux tentent de faire émerger ce courant artistique sur le Clapas, on est très loin des records d’affluence du musée Fabre…

Dans l’hôtel Montcalm

Le centre d’art contemporain, qui ouvrira en 2019 à l’hôtel Montcalm, bâtiment du XVIIIe siècle situé près de la gare Saint-Roch, aura la lourde charge de devenir un lieu de référence dédié à l’avant-garde artistique. Et c’est Nicolas Bourriaud, ex-directeur de l’École nationale des beaux-arts de Paris, qui s’y attelle.

Ce critique d’art et commissaire d’expositions, âgé de 50 ans, a été nommé responsable du projet. Sans savoir s’il en deviendra le directeur, en 2019. Officiellement en tout cas.

« Ce lieu devra appartenir aux habitants »

« Si je suis ici pour faire un établissement qui ressemble à tous les autres, ce n’est pas la peine, souligne Nicolas Bourriaud, qui a fondé en 2000 le Palais de Tokyo (Paris), avant de le diriger jusqu’en 2006. Je n’ai pas d’idées toutes faites… Nous avons trois ans pour réfléchir. Ce lieu devra appartenir aux habitants. »

Épaulé dans sa tâche par le jeune conservateur Stanislas Colodiet, venu du musée Fabre, il se lance d’ailleurs dans une série de réunions de concertation avec les citoyens, les artistes et les acteurs du monde culturel.

« Une connaissance parfaite de l’art »

« Il faut le meilleur pour Montpellier, assure Philippe Saurel, président divers-gauche de la métropole, collectivité qui aura la gérance du centre, et maire de Montpellier. Il a une connaissance parfaite de l’art, et un excellent tissu de relations qui permettra à Montpellier de briller. »

Nicolas Bourriaud, dont l’éviction de l’École nationale des beaux-arts par la ministre de la Culture Fleur Pellerin avait fait polémique en juillet dernier, prend aussi la direction artistique de la Panacée.

>>> Lire aussi : Ecole des Beaux-Arts : Nicolas Bourriaud remplacé