Robert Ménard.
Robert Ménard. — N. Bonzom / Maxele Presse

POLEMIQUE

Béziers: Robert Ménard répond aux professeurs qui l'accusent de malmener l'Histoire

Les 29 enseignants et le maire s'écharpent par lettres interposées...

Robert Ménard, le maire de Béziers, répond aux 29 professeurs qui l’ont accusé de « torturer » la mémoire de Jean Moulin. Dans une lettre ouverte publiée vendredi par Midi Libre, ces enseignants d’histoire-géographie demandaient notamment à l’édile, élu avec le FN, de laisser les « mânes [du résistant] reposer définitivement en paix ».

>> A lire aussi : Le tribunal administratif rendra sa décision le 19 janvier sur le projet de « garde » à Béziers

Une lettre qui intervient alors que la dernière Une du Journal de Béziers montre un Jean Moulin lisant… le Journal de Béziers. « Nous, on ne l’oublie pas », note le journal, après que la mairie ait annoncé que sa maison natale serait transformée en musée.

 

« Si désormais, grâce à notre démarche, le maire peut réfléchir à deux fois avant d’utiliser des références historiques, nous serons ravis. (…) Si ce ne sont pas des profs d’histoire qui dénoncent l’attitude d’un maire qui retricote l’histoire, qui le fera ? », confient ces professeurs dans Midi Libre. Ils protestent contre les contradictions historiques du maire, qui a notamment évoqué sa nostalgie de la France de Charles Martel, installé une crèche à la mairie ou débaptisé la rue du 19 mars 1962 dans sa ville.

 

« Sans qu’ils s’en rendent compte sans doute, [ces professeurs] révèlent la nature profonde de leur structure intellectuelle : le refus du débat, le refus de la confrontation des idées. Ils y ajoutent le procès en légitimité, propre à la pensée de gauche, qui exclut l’autre à partir du moment où celui-ci ose penser l’Histoire différemment, ose envisager son enseignement autrement qu’il est pratiqué depuis mai 68 », répond Robert Ménard, dans une lettre publiée par Midi Libre.